Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les effets secondaires d'Ebola sur les survivants inquiètent

Les effets secondaires d'Ebola sur les survivants inquiètent

Virus Ebola

Des études préliminaires effectuées sur des survivants d’Ebola en Afrique de l’Ouest montrent que ceux qui ont survécu à l‘épidémie connaissent des effets secondaires potentiellement dangeureux pour leur santé à long terme.

“Malgré que la fin de l‘épidémie a été déclarée, ces survivants sont encore aux prises avec des problèmes à long terme”, a déclaré le Dr Lauren Bowen de l’Institut national des troubles neurologiques et des maladies (NINDS).

Les chercheurs ont annoncé que les survivants ont signalé une prévalence élevée des problèmes occulaires, des complications locomotrices et neurologiques.

Près de 29.000 personnes en Afrique de l’Ouest ont été infectées par le virus Ebola. L‘épidémie qui a duré 17 mois a débuté en 2014 et a coûté la vie à environ 11.300 personnes. On note environ 17 000 survivants de l’infection en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia. On craint que leurs problèmes de santé aient besoin d‘être gérés si l’on ne veut pas l‘éclosion d’une autre épidémie.

“Le résultat le plus frappant de tous était que 10 % de ces survivants avaient quelque chose appelé uvéite. Un trouble de l‘œil qui peut conduire à la cécité. C’est quelque chose que l’on peut traiter. Mais si on ne fournit pas de suivi aux survivants d’Ebola, les gens risquent de perdre la vue”, a prévenu le Dr Bowen qui a participé à l’une des études.

L‘équipe de recherche a suivi 82 survivants d’Ebola. Elle a constaté que la plupart continue à avoir des symptômes cérébraux pendant six mois ou plus. Et ceci, après qu’ils se sont remis de leur premier combat contre le virus. Il s’agit notamment des maux de tête, des pertes de mémoire, de dépression et des douleurs musculaires. Deux personnes étaient suicidaires et l’un avait des hallucinations, ont signalé les chercheurs.

Une découverte particulièrement déroutante et peut-être dangereuse est qu’on a trouvé Ebola dans le sperme d’un certain nombre de survivants et cela plus d’un an après qu’ils ont contracté le virus.

“Certains des hommes qui avaient des tests de sperme négatifs une ou deux fois, par la suite, avaient des tests positifs. Ce qui suggère qu’il est possible qu’ils puissent se débarrasser du virus par intermittence”, ajoute le Dr Bowen.

Les résultats préliminaires de l‘étude NIH des survivants d’Ebola ont été annoncés peu avant qu’une infirmière écossaise ne réadmise dans un hôpital de Londres. C’est la troisième fois qu’elle fait des rechutes depuis qu’elle a contracté le virus Ebola.

Pauline Cafferkey a été atteinte du virus Ebola en Sierra Leone. Elle faisait alors du bénévolat pour aider pendant l‘épidémie. “Elle a eu tout un parcours, assez difficile pour survivre à Ebola”, a affirmé un médecin à l’Hôpital Royal Free.