Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Af du Sud : fusion en vue dans le secteur aérien

Af du Sud : fusion en vue dans le secteur aérien

Afrique du Sud

Le gouvernement sud-africain envisage la fusion de la South African Airways (SAA) et la South African Express (SAE), deux compagnies nationales aériennes publiques. Cette fusion ouvrirait la voie à la mise sur pied d’une nouvelle entité plus compétitive sur le plan international.

L’annonce du ministre sud-africain des Finances Pravin Gordhan fait partie de son plan d’austérité présenté mercredi : en l’occurence , inclure et favoriser les partenariats entre les secteurs public et privé.

La décision du gouvernement arrive à un moment moment où la SAA croule sous le poids des dettes et a du mal à combler son déficit. Elle fait partie des quelque 300 entreprises nationales publiques majoritairement déficitaires et dont la privatisation a été recommandée par le président Zuma.

“Le Ministre des Entreprises publiques et moi avons convenu d’explorer la fusion possible de la SAA et SA Express, par un conseil renforcé , en vue de coopérer avec un potentiel partenaire minoritaire , et de créer une plus grande et plus efficace entreprise sur le plan opérationnel aérien”, a déclaré Pravin Gordhan.

Le Trésor public de son côté a déclaré que la situation financière de la SAA s’est beaucoup détériorée, révélant que le gouvernement sera appelé à rembourser (14,4 milliards de rands (939,3 millions de dollars) des prêts garantis par l’État en cas de faillite de la compagnie.

“Le gouvernement va examiner l’opportunité de faire entrer un partenaire stratégique dans le capital de la compagnie afin de lui permettre de bénéficier de capitaux privés et d’une expertise technique pour améliorer ses performances et renforcer son réseau”, a-t-il souligné.

Plusieurs sociétés sud-africaines recevront une aide gouvernementale afin de redresser leur économie en nette chute. Des centaines de milliards perçus grâce à des partenariats internationaux. Le plan de redressement mis en examen sera déployé en trois phases sur une période de 14 ans tels que prévu par le gouvernement.

Voir plus