Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Rwanda : l'argent au cœur de la question des réfugiés burundais

Rwanda : l'argent au cœur de la question des réfugiés burundais

Rwanda

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) demande que Kigali clarifie publiquement sa position auprès de la communauté internationale pour assurer une bonne levée de fonds nécessaires au suivi de ces populations vulnérables.

Après la récente décision du Rwanda de renvoyer les réfugiés burundais vers d’autres pays, les organisations internationales en charge de ces questions, semblent préoccupées par la gestion des fonds à allouer pour le recasement de ces populations.

L’annonce faite par Kigali la semaine dernière avait amené certaines d’entre elles à procéder à une recherche de fonds censés aider au relogement d‘éventuels réfugiés qui refuseraient de quitter le sol rwandais. C’est le cas du Haut-Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU (HCR) qui s’est lancé dans une collecte de fonds en provenance de donateurs, mais qui se heurte à l’ambiguïté de la position du Rwanda.

Le gouvernement rwandais avait déclaré qu’il allait immédiatement travailler avec les partenaires de la communauté internationale pour planifier un relogement “ordonné” des réfugiés burundais dans des pays tiers. Cette déclaration survenait après le dévoilement d’une stratégie pour résoudre la crise des réfugiés burundais par le HCR et la signature d’un accord de financement de 10,8 millions de dollars avec les autorités rwandaises. Elle intervenait aussi après les accusations successives de recrutement et d’entraînement des réfugiés du Burundi afin de déstabiliser le pays. Des griefs portés contre Kigali par un groupe d’experts de l’ONU ainsi que par les Etats-Unis, et fermement rejetés par le Rwanda.

En réaction à la sortie de Kigali, le HCR avait convié les officiels rwandais à une rencontre d’urgence pour faire le point sur la situation de ces réfugiés. D’après un communiqué du HCR, le Rwanda avait changé d’option, affirmant qu’il ne fermerait pas ses frontières et qu’il n’expulserait pas de force les réfugiés burundais. Mais le HCR avait insisté pour que le gouvernement clarifie publiquement sa position auprès de la communauté internationale.

“Nous sommes toujours dans l’attente de clarifications publiques de la part du gouvernement. Ils insistent sur le fait qu’ils ont été assez précis, mais beaucoup de questions suscitent notre intérêt, celui des donateurs et des réfugiés demeurent assez floues”, a déclaré Martina Pomeroy, la responsable des Affaires extérieures du bureau du HCR au Rwanda.

“Les donateurs s’interrogent sur la destination de leurs contributions au cas où il n’y aurait plus de réfugiés burundais au Rwanda”, a-t-elle notamment expliqué, justifiant l’appel en direction de Kigali. Pour rappel, le Rwanda accueille actuellement environ 75 000 réfugiés burundais, pour la majorité des femmes et des enfants.

Voir plus