Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burkina : un ex-membre du RSP arrêté

Burkina : un ex-membre du RSP arrêté

Burkina Faso

Le militaire et deux civils avaient pris la fuite après le coup d’Etat manqué de septembre dernier au Burkina Faso mais leur cavale a pris fin en Côte d’Ivoire.

L’adjudant-chef Moussa Nébié surnommé Rambo (et bras droit du général Gilbert Diendéré, ex-chef des putschistes) ainsi que Abdoul Karim Sawadogo et Ali Koné, ont été arrêtés en Côte d’Ivoire et conduits au Burkina Faso. Les deux derniers cités sont des civils. L’adjudant-chef Moussa Nébié était membre du RSP (Régiment de sécurité présidentielle) qui était une unité des forces armées du Burkina Faso chargée de la protection du président. Selon certaines sources, le sergent-chef Roger Kossoubé, alias le Touareg, aurait lui aussi été arrêté. Mais cette information est démentie par notre correspondant au Burkina Faso.

L’adjudant-chef Moussa Nébié, ainsi que plusieurs autres soldats en fuite après le putsch raté de septembre dernier au Burkina Faso, font l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par la justice militaire burkinabè. Ils sont aussi considérés comme déserteurs par l’armée de leur pays. C’est en Côte d’Ivoire voisine qu’ils avaient trouvé refuge.

Le président Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré avait alors adressé une demande d’arrestation de ces militaires putschistes à son homologue ivoirien Alassane Ouattara. Cette demande avait été faite en marge du 26e Sommet de l’UA à Addis-Abeba, en Ethiopie. Après l’arrestation des fugitifs, le gouvernement burkinabè, dans un communiqué, « salue cette action et félicite » les autorités ivoiriennes pour leur collaboration.

Les deux hommes (l’adjudant-chef Moussa Nébié et le sergent-chef Roger Kossoubé) sont restés fidèles au général Gilbert Diendéré, cerveau du coup d’Etat raté.

Le rapport de la commission d’enquête de ce putsch indique que l’adjudant-chef Moussa Nébié était à la tête des opérations du commando qui avait, on s’en souvient, pris en otage Michel Kafando (alors président de la transition) et des membres du gouvernement.

Voir plus