Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

ECOBANK et Thierry Tanoh trouvent un arrangement

ECOBANK et Thierry Tanoh trouvent un arrangement

Business

Dénouement à l’amiable des différends entre Ecobank et son ancien DG. Thierry Tanoh dénonçait une rupture abusive de contrat.

C’est finalement à un arrangement à l’amiable que sont parvenus le groupe financier panafricain Ecobank Transnational Incorporated et son ancien directeur, l’Ivoirien Thierry Tanoh.

Licencié en 2013, Thierry Tanoh, actuellement conseiller économique du président ivoirien Alassane Ouattara, avait dénoncé une rupture abusive de contrat. L’affaire était pendante devant plusieurs juridictions nationales au Togo et en Côte d’Ivoire, et cours arbitrales.

Un communiqué d’Ecobank signé de Richard Uku, son directeur de la communication souligne : “Ecobank Transnational Incorporated (ETI), maison mère du groupe Ecobank, sa filiale ivoirienne, Ecobank Côte d’Ivoire, Public Investment Corporation (PIC), Dr Dan Matjila et M. Thierry Tanoh ont signé le 18 février 2016 un accord de règlement à l’amiable des différends qui les opposent depuis 2013 et dont certains sont encore pendants devant plusieurs juridictions nationales, au Togo et en Côte d’Ivoire, et cours arbitrales.”

“ Cet accord met fin à tous les procès entre M. Thierry Tanoh et les autres parties. Ecobank Transnational Incorporated et Ecobank Côte d’Ivoire se félicitent du fait que toutes les difficultés rencontrées de manière regrettable ces dernières années avec M. Tanoh, soient désormais aplanies et aient pu trouver une issue favorable conforme à l’intérêt bien compris de toutes les parties.”, conclu le communiqué. Aucune précision n’est cependant faite sur les modalités de cet arrangement.

Pour ce qui est des faits ayant conduit à cette procédure judiciaire, en mars 2014, lors d’un conseil d’administration, Thierry Tanoh avait été limogé de la tête d’Ecobank. Il avait alors saisi un tribunal togolais pour rupture abusive de son contrat de travail. L’an dernier, la justice a condamné Ecobank à lui verser 7 milliards FCFA.