Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Côte d'Ivoire : la culture de l'hévéa n'attire plus les producteurs

Côte d'Ivoire : la culture de l'hévéa n'attire plus les producteurs

Côte d'Ivoire

L’industrie ivoirienne du caoutchouc subit le revers de la chute de la demande mondiale.

Alors que les prix suivent une tendance baissière de façon chronique, de plus en plus de producteurs se tournent vers d’autres cultures, mettant ainsi en danger l’ambition du pays de doubler sa production d’ici 2020. La Côte d’Ivoire compte 570 080 hectares de plantations d’hévéa dont 520 000 à petite échelle. Seulement moins de la moitié de cette superfie de plants ont mûri et seront exploitables pendant l’année en cours.

Dans la localité de Petit Badiane située au nord de la capitale Abidjan par exemple, des dizaines de plantations ont été détruites et remplacées par des champs de manioc.

Avec une production annuelle de 340 000 tonnes et une croissance de 7% en 2015, la Côte d’Ivoire reste pourtant le leader en Afrique en termes de production. Et pour cause, de nombreux agriculteurs se sont investis dans la culture de l’hévéa ces dernières années. Mais malgré les efforts consentis cependant, les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes.

Les conséquences de la crise mondiale des prix se font d’abord sentir aux pieds des arbres alors que les travailleurs s’inquiètent de l’abandon progressif des exploitations par les propriétaires. C’est ce qu’explique l’agriculteur Issa Godo rencontré dans un champ par l’AFP. “Ce n’est pas facile, aujourd’hui nous les saigneurs en tout cas, nous avons beaucoup peur parce que moi j’ai abandonné les études pour me mettre dans l’hévéa en croyant que peut-être avec l’hévéa au moins je peux réaliser mes projets, mais si aujourd’hui le prix n’est pas bon c’est que mes projets tombent à l’eau.”

Pour le président de l’association des planteurs d’hévéa Traore Mamadou, la filière a besoin de plus d’encadrement de l’Etat. “Si l‘État de Côte d’Ivoire prend des dispositions pour améliorer le prix du caoutchouc par les éléments que je vous ai cités tout à l’heure, mais vous allez voir que les gens seront revenus à la chose hévéicole », estime-t-il.

En tout, le pays compte 150 000 producteurs qui s’emploient à l’entretien des plantations d’hévéa. Le kilo de caoutchouc a perdu près de 70 % de sa valeur en cinq ans passant de 766 à 228 francs CFA entre 2011 et février 2016.

Voir plus