Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Christine Lagarde reconduite à la tête du FMI

Christine Lagarde reconduite à la tête du FMI

Elections

Christine Lagarde a été désignée ce vendredi pour tenir à nouveau les rênes du Fonds monétaire international, institution qu’elle dirige depuis 2011. Dans un contexte économique mondial secoué par diverses crises, bien de défis se profilent à l’horizon pour la patronne du FMI.

Christine Lagarde dirigera le Fonds monétaire international pour les cinq années à venir. Ce vendredi, elle a été reconduite sans surprise à la tête de l’institution financière mondiale par le conseil d’administration. Unique candidate à ce poste, la Française a pu compter sur le soutien de grandes puissances nommément la France, les Etats-Unis ou encore l’Allemagne. “Je suis très honorée d’avoir été désignée par les Etats membres”, a déclaré Mme Lagarde, lors d’une brève allocution au siège de l’institution à Washington.

L’ancienne ministre française de l’Economie aura néanmoins fort à faire dans le contexte économique mondial actuel. Notamment face au ralentissement chinois, 2e puissance mondiale, le décrochage des autres pays émergents, les mouvements en baisse de bon nombre de bourses ; mais aussi à propos des thèmes comme le changement climatique marqué par le phénomène El Niño ou encore les inégalités sociales : des thèmes peu familiers à la gardienne de l‘économie mondiale. Et ces défis, Christine Lagarde en est bien consciente. “Je ferai en sorte que le FMI reste une institution forte, capable de s’adapter aux changements et capable de comprendre les défis qui se profilent à l’horizon, et pas seulement les défis à court terme”, a assuré Mme Lagarde dont le mandat débutera le 5 juillet. Au cours des prochains mois, la dirigeante ainsi que l’institution qu’elle représente, devront également décider si elles se joignent aux Européens pour renflouer la Grèce pour la troisième fois depuis 2010. 

Agée de 60 ans, Christine Lagarde a côtoyé la direction du FMI pour la première fois en juillet 2011 lorsqu’elle a succédé à Dominique Strauss-Kahn poussé vers la porte de sortie par un scandale sexuel qui l’a éclaboussé. Au long de ce premier mandat, on lui reconnaîtra ses efforts pour redorer le blason d’une institution traumatisée par les déboires de son prédécesseur. Elle est également à l’origine de la récente adoption d’une réforme doublant les ressources du FMI et renforçant le poids des pays émergents qui était bloquée par le veto de fait du Congrès des Etats-Unis.