Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

El Niño en phase de déclin

El Niño en phase de déclin

El Niño

El Niño est en perte de vitesse. Selon l’Organisation météorologique mondiale, le phénomène climatique aux conséquences désastreuses a amorcé son déclin.

Il faudra certes patienter quelques mois pour le voir se dissiper définitivement, mais le phénomène El Niño n’a plus la même intensité qu’il avait il y a encore quelques mois. L’Organisation météorologique mondiale (OMM) est formelle : le phénomène est en phase de déclin. El Niño « devrait faiblir au cours des prochains mois et disparaître progressivement au 2e trimestre 2016 », a déclaré l’OMM, précisant que son intensité restait encore forte et continuait à influer sur le climat dans le monde. Mais, même si ce dérèglement climatique devait se calmer dans les prochains mois, son impact humanitaire va encore se faire ressentir.

Le phénomène de cette année aura tout de même été le pire de l’histoire. « Nous venons de vivre l’un des épisodes El Niño les plus intenses jamais observés, il a entraîné l’apparition de phénomènes météorologiques extrêmes sur tous les continents et a contribué aux records de chaleur enregistrés en 2015 », a notamment indiqué le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué publié jeudi et repris par l’AFP.

Le phénomène El Niño a particulièrement affecté les récoltes dans certaines parties du monde, provoquant une insécurité alimentaire. L’Afrique australe et orientale restent parmi les régions les plus touchées au monde par ce phénomène climatique. « Des régions d’Amérique du Sud et d’Afrique de l’Est ne sont pas encore entièrement remises des pluies torrentielles et des inondations qu’elles ont subies », explique Petteri Taalas. Le Secrétaire général de l’OMM ajoute que « le bilan économique et humain de la sécheresse est de plus en plus évident en Afrique australe, sans la corne de l’Afrique, en Amérique centrale et dans plusieurs autres régions ».

Selon les experts, l’année 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée en raison de la conjonction d’un épisode El Niño particulièrement intense et d’un réchauffement de la planète dû aux gaz à effet de serre, indique encore l’OMM. Le phénomène El Niño, qui intervient tous les 4 ou 5 ans, est à l’origine des sécheresses et des précipitations supérieures à la normale notées dans certaines parties du monde.