Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Quatre pays de l’OPEP s'accordent sur un gel de la production de pétrole à son niveau de janvier

Quatre pays de l’OPEP s'accordent sur un gel de la production de pétrole à son niveau de janvier

Russie

A travers cette décision, ces pays membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole souhaitent stabiliser les prix du baril de pétrole sur le marché mondial.

Venezuela, Arabie Saoudite, Qatar et Russie, les quatre plus importants producteurs de pétrole du monde réunis ce mardi à Doha au Qatar ont décidé de geler leurs productions respectives à leurs niveaux de janvier dernier, sous réserve que d’autres producteurs importants appliquent également cette mesure.

L’annonce a été effectuée par le ministre qatari de l’Energie et de l’Industrie Saleh al-Sada d’après qui, ces pays appliqueront la décision en se basant sur la production du 11 janvier dernier.

“Afin de stabiliser les marchés pétroliers, les quatre pays ont convenu de geler la production à son niveau de janvier, pourvu que les autres grands producteurs fassent de même”, a déclaré Mohammed Saleh al-Sada.

Al-Sada a souligné que la décision assurera une stabilité des prix du pétrole qui fluctuent depuis janvier 2014. Il a ajouté que des contacts “intensifs” devraient avoir lieu entre producteurs membres et non-membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) en vue de l’application de cette résolution.

Pour sa part, le ministre saoudien du Pétrole et des Ressources minérales, Ali bin Ibrahim al-Naimi, a salué cette décision et appelé les pays signataires de cet accord à prendre des mesures collectives supplémentaires pour une stabilité du prix du baril.

La réunion de Doha survient après 18 mois de baisse des cours du brut, passés de plus de 100 dollars le baril mi-2014 à moins de 30 dollars le mois dernier.

300 nairas le dollar US

Toutefois, les analystes s’inquiètent de l’absence à ce conclave d’acteurs majeurs de l’Opep comme l’Irak, et surtout l’Iran, qui a affirmé le jour même de sa signature qu’il n’entendait pas réduire sa production. Tout en se disant “prêt à la discussion” avant une réunion entre les ministres iranien, irakien et vénézuélien du Pétrole ce mercredi à Téhéran.

L’Afrique est fortement touchée par la chute drastique des cours du baril. Le mois passé, un cartel de pays producteurs d’or noir dont le Nigeria, l’Angola ou encore l’Algérie, ont appelé à une “rencontre d’urgence” début mars 2016 pour faire face à la baisse continue des prix du pétrole.

Les réserves de change du Nigeria, première économie d’Afrique, se sont repliés de 288 millions $ sur les 11 premiers jours de l’année 2016, et sa monnaie (le Naira) a poursuivi sa chute, s‘échangeant à près de 300 nairas le dollar US mi-janvier. Par ailleurs, pour protéger la monnaie nationale, la banque centrale du Nigeria avait annoncé qu’elle cessait ses ventes directes de dollars aux bureaux de change.

La production de pétrole de l’Opep et de la Russie en janvier

Janvier Décembre Algérie 1,11 1,11 Angola 1,63 1,77 Arabie saoudite 10,25 10,15 Equateur 0,54 0,54 EAU 2,89 2,88 Indonésie 0,70 0,69 Iran 3,05 2,90 Irak 4,25 4,20 Koweït 2,80 2,77 Libye 0,38 0,39 Nigeria 1,90 1,80 Qatar 0,66 0,67 Venezuela 2,44 2,44 TOTAL OPEP 32,60 32,31 Russie 10,88 10,8 TOTAL OPEP + RUSSIE 43,48 43,11 (Source: Reuters)