Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Kenya lance un enrôlement supplémentaire pour les élections d'août 2017

Le Kenya lance un enrôlement supplémentaire pour les élections d'août 2017

Kenya

Le Kenya a lancé lundi la campagne d’enregistrement des votants pour les élections présidentielles et législatives d’août 2017. Environ 22 millions de personnes sont attendues pour l’enrôlement sur les listes électorales.

Le chef de la Commission électorale indépendante (IEBC), Isaac Hassan, exhorte les 44 millions de Kényans à venir s’inscrire massivement. L’enrôlement actuel durera un mois. Il ajoute qu’une autre vague d’enrôlement est prévu, après celui-ci. Les élections présidentielles et législatives sont prévues le 8 août 2017 au Kenya.

“Nous avons actuellement 14,3 millions d‘électeurs inscrits dans le registre. Si nous arrivons à en inscrire 8 millions supplémentaires, nous atteindrons 22,4 millions d‘électeurs “, a-t-il déclaré.

En mars 2013, le président Uhuru Kenyatta avait gagné les élections avec 800.000 voix d’avance sur son principal rival, le Premier ministre sortant Raila Odinga. Les résultats avaient été contestés par le perdant et des groupes de la société civile. Ils affirmaient que les scrutins avaient été entachés de nombreuses irrégularités, qui avaient faussé les résultats. Contrairement aux élections de 2007, celles de 2013 ont néanmoins été pacifiques, hormis quelques incidents isolés.

Le président Kenyatta et le vice-président William Ruto ont tous deux fait l’objet de procès devant la Cour pénale internationale (CPI) pour leur rôle présumé dans les violences post-électorales de 2007-2008. Ces violences avaient fait plus d’un millier de morts et 600.000 déplacés. En décembre 2014, la CPI a abandonné les poursuites contre Uhuru Kenyatta, faute de preuves. Le vice-président est toujours poursuivi par la CPI, pour crimes contre l’humanité, meurtres, persécutions et déportations.

Mais vendredi, les juges de la CPI ont toutefois donné raison à William Ruto. Il protestait contre l’admission au dossier d’anciennes dépositions de témoins recueillies avant leurs rétractions.

Voir plus