Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mozambique : l'armée accusée de perpétrer des exactions contre les populations

Mozambique : l'armée accusée de perpétrer des exactions contre les populations

Mozambique

Au Mozambique, des affrontements sporadiques opposent dans la région de Nkondezi, à l’ouest, les forces gouvernementales à celles de la Renamo, l’ancienne rébellion.

Des combats qui obligent de facto, les populations à fuir leurs villages. Elles décrivent des scènes d’horreur dont les forces gouvernementales se seraient rendues coupables. “Il suffit qu’ils te rencontrent sur leur chemin, ou même dans ta maison, pour qu’ils te tuent. Parfois, ils t’attrapent, te mettent dans une maison et y mettent le feu “, déclare une habitante de Nkondezi, sous couvert de l’anonymat.

Plus de 4 000 personnes ont pris le chemin du Malawi voisin. La Renamo accuse le pouvoir de perpétrer des exactions contre les civils.

Il suffit qu’ils te rencontrent sur leur chemin, ou même dans ta maison, pour qu’ils te tuent. Parfois, ils t’attrapent, te mettent dans une maison et y mettent le feu.

‘‘Où est la sécurité, où est l’ordre que ces personnes affirment maintenir ? C’est un pur mensonge, ils vont là-bas pour pouvoir se venger sur la population. “, affirme Felix Assomati, député et délégué provincial de la Renamo. “Le gouvernement mozambicain a envoyé une équipe au Malawi pour voir s’il existe véritablement des camps de réfugiés mozambicains au Malawi, et tirer cela au clair.”, a déclaré Luis Nudia, porte-parole de la police pour la province de Tete.

Il met d’ailleurs les mouvements des populations constatés ces derniers temps à la frontière avec le Malawi sur le compte de la sécheresse qui sévit dans le pays.

La violence refait surface, plus de 20 ans après la guerre civile que le pays a connu et qui a fait environ un million de morts. Récemment, le chef de la Renamo a exprimé son intention de prendre le contrôle de la moitié nord du pays, si besoin par la force, en mars prochain.

En 2014, son mouvement avait rejeté les résultats des élections présidentielles et législatives.

Voir plus