Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan du sud : Riek Machar réagit

Soudan du sud : Riek Machar réagit

Sud-Soudan

Le président sud-soudanais Salva Kiir a réinstallé comme vice-président Riek Machar, chef de la rébellion qui avait déjà occupé ce poste entre 2005 et 2013. C’est une avancée symbolique dans la mise en oeuvre de l’accord de paix signé en août dernier qui prévoyait un cessez-le-feu et un mécanisme de partage du pouvoir, pour mettre fin à deux ans d’une guerre civile dévastatrice.

Machar a déclacré à l’AFP que s’il reçoit le soutien nécessaire pour assurer sa sécurité, il prendra ses fonctions dans quelques semaines.

“Nous commencerons ensuite à mener les principales réformes stipulées par l’accord de paix. Réforme de gouvernance sur le fédéralisme, réforme sécuritaire de l’armée, réforme économique, et puis même réforme de la justice de transition. Des mesures devront être prises. C’est un gros dossier qui va nous prendre beaucoup de temps, la moitié des 13 mois de transition. L’autre moitié sera consacrée à la préparation des élections de 2018” a ajouté Machar.

Si la nomination du chef rebelle est un signal positif lancé à la rébellion, il faudra encore attendre qu’il retourne à Juba, la capitale où il n’a plus mis les pieds depuis deux ans, pour juger de la bonne volonté des deux camps.

Malgré l’accord d’août, les violences n’ont jamais cessé et les belligérants s’accusent mutuellement de ne pas remplir leurs engagements. Les combats opposent aussi à présent de nombreux groupes armés aux agendas souvent locaux.

La nature de plus en plus “factieuse” des groupes rebelles transforme le conflit “en une guerre multipolaire avec des affrontements localisés”, prévient ainsi Casie Copeland, experte du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG).

Les discussions sur la formation d’un gouvernement d’union nationale sont pour l’instant toujours dans l’impasse. Elles étaient censées aboutir avant la date butoir du 22 janvier.

Le Soudan du Sud est devenu indépendant en juillet 2011, après des décennies de conflit avec Khartoum. La guerre civile a éclaté en décembre 2013 à Juba, lorsque M. Kiir, un Dinka, a accusé son ancien vice-président, de l’ethnie Nuer, de fomenter un coup d’État.

Plus de 2,3 millions de personnes ont été chassées de chez elles et des dizaines de milliers tuées par la guerre et les atrocités à grande échelle qui l’accompagnent – massacres ethniques, viols, tortures, meurtres et recrutement d’enfants, déplacements forcés de populations – dont sont responsables les deux camps.

Le Soudan du Sud est dans une situation humanitaire catastrophique. Selon l’ONU, plus de 2,8 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire d’urgence, soit près d’un quart de la population, et 40.000 dans une situation critique.

Voir plus