Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Lim, l'instituteur qui rêvait d'être médecin

Lim, l'instituteur qui rêvait d'être médecin

Sud-Soudan

Il se nomme Lim Bol Thong. Profession ? Instituteur. C’est à Kule, un camp de réfugiés d’Ethiopie, qu’enseigne Lim qui occupe aussi le poste de vice-directeur de l‘école. Originaire du Soudan du Sud, il rêvait de devenir médecin, mais la guerre dans son pays en a décidé autrement. Finalement, c’est le métier d’enseignant qui lui a ouvert les bras. Comme des centaines de milliers de Sud-Soudanais, Lim a été obligé de fuir les horreurs du conflit qui déchire son pays depuis 2003.

Le jeune homme a commencé à enseigner la chimie à l‘école primaire du camp de Kule. L’année dernière, il a été promu directeur adjoint. « C’est vraiment un bon travail que d‘être le vice-directeur de cette école. Mais en réalité, c’est un travail très dur. C’est un excellent travail parfois parce qu’en tant que directeur adjoint, vous êtes en charge de toutes les propriétés de l‘école. », dit-il.

Toutefois, quand il évoque les souvenirs de son pays, c’est avec un brin d’amertume : « La vie n’est pas bonne là-bas. Rien ne fonctionne. Pas de sécurité, pas de nourriture, rien. Alors, les gens meurent jour après jour. »

La vie n'est pas bonne là-bas. Rien ne fonctionne. Pas de sécurité, pas de nourriture, rien. Alors, les gens meurent jour après jour.

Dans les camps de réfugiés éthiopiens, la vie des écoles n’est pas non plus facile : pénurie d’enseignants, de fournitures et d’espace. Quant à Lim, il refuse de baisser les bras malgré la complexité de la situation : « Quand je pense à servir les gens, ça me passionne vraiment. Car tant que je sers les gens, cela signifie que ma communauté va grandir. Et j’encouragerai plus de gens à en servir d’autres. »

L’Ethiopie a reçu à ce jour plus de 100.000 enfants sud-soudanais en âge d’aller à l‘école. Mais moins de la moitié d’entre eux est scolarisée.

Voir plus