Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Président du Ghana pourrait ''commettre un assassinat pour protéger sa fille''

Le Président du Ghana pourrait ''commettre un assassinat pour protéger sa fille''

Ghana

Le Président du Ghana, dans le but de soutenir une campagne contre le mariage des enfants, a menacé de commettre un assassinat si quelqu’un tente de marier sa fille alors qu’elle est mineure.

Il a fait cette déclaration publique à Accra lors de la cérémonie d’ouverture de la 7ème Conférence africaine sur la santé sexuelle et les droits, le 10 février 2016. Cette conférence de trois jours organisée par sa femme, Dr Lordina Mahama, fait partie d’un grand ensemble d’initiatives des Premières Dames d’Afrique.

Le Président Mahama a mis en garde les familles et les écoles afin qu’elles mettent fin à ce ‘‘silence coupable’‘ lorsque les jeunes filles sont rétirées de l‘école pour être mariées à des hommes souvent trois ou quatre fois plus agés.

« Voilà le genre de mesures fermes que nous devons prendre. Si une fille cesse de venir à l‘école, tirez la sonnette d’alarme, essayer de savoir où elle se trouve, mais surtout alertez les autorités le plus vite possible afin que nous puissions empêcher d‘éventuels mariages », a-t-il dit.

Il a par ailleurs ajouté : «  pourquoi devriez-vous être forcés d‘épouser quelqu’un pour qui vous n’avez pas d’affection ? Si ma fille est mineure et qu’un individu essaye de la marier, j’irai probablement en prison, car je vais commettre un meutre. »

De toute évidence, il a exprimé son soutien aux Premières dames d’Afrique pour ce grand défi qu’elles se lancent pour atteindre leur objectif. Elles sont quinze en ce moment à Accra pour la conférence.

Dans le même cadre, le Ghana a lancé une campagne pour mettre fin aux mariages des enfants par le biais de son ministère du genre, des enfants et de la protection sociale.

Une fille sur cinq est mariée avant la maturité au Ghana. La campagne ‘‘Ghana Ends Child Mariage’‘ vise à changer ce phénomène, et les resultats parlent d’eux mêmes, dans une société aussi conservatrice que celle du pays, les mentalités ont commencé à changer. Plusieurs Ghanéens affirment leur soutien à la cause sur les réseaux sociaux. Beaucoup sont impitoyables avec les auteurs de ces ‘‘crimes’‘.

Voir plus