Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Zika : les athlètes américains pourront participer aux JO

Zika : les athlètes américains pourront participer aux JO

Virus Zika

L’alerte Zika est certes grande mais il n’y aura pas d’interdiction pour les athlètes américains de participer aux Jeux Olympiques de Rio, en août prochain.

C’est ce qu’ont déclaré lundi de hauts responsables américains de la Santé. Lors d’une réception à la Maison-Blanche lundi, ils ont annoncé la mise sur pied de cellules pour le suivi de l‘évolution de l‘épidémie qui poursuit sa propagation. Mais pour eux, la décision de participer ou non aux Jeux Olympiques relève du jugement de chaque athlète. « C’est très difficile de donner des conseils à des gens qui ont consacré X nombre d’années à la formation pour ces Jeux. Donc, c’est une décision très personnelle. Ce que nous pouvons faire, ce que la CDC et les NIH peuvent faire, c’est simplement donner des faits et des informations basées sur des preuves », a expliqué le docteur Anthony Fauci, Directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses.

Les autorités sanitaires américaines appellent tout de même les athlètes à la prudence. Elles déconseillent notamment aux femmes enceintes de se rendre au Brésil pendant les JO. Les femmes en état de grossesse sont en effet les plus exposées par les conséquences du virus Zika qui entraîne des microcéphalies chez les bébés. « La question sur laquelle nous nous concentrons reste le problème des femmes enceintes. Suivant les directives fournies par le CDC, les femmes enceintes et celles qui veulent tomber enceinte doivent y renoncer. Les hommes qui y auraient entretenu des relations sexuelles doivent faire attention en rentrant aux Etats-Unis », a prévenu le docteur Fauci.

Le Brésil est le pays le plus touché par l‘épidémie avec plus d’un million et demi de personnes contaminées. Ce qui laisse planer des doutes quant à la tenue des Jeux Olympiques prévus en août prochain à Rio de Janeiro. Mais, les autorités brésiliennes et certaines associations sportives mondiales tentent encore de rassurer le monde.