Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Darfour : menaces sur le référendum

Darfour : menaces sur le référendum

Soudan

Au Darfour, l’enregistrement des électeurs en vue du référendum portant sur le statut administratif de la région a débuté ce lundi. Et cela, malgré les appels au boycott.

« Tout citoyen âgé de 18 ans ou plus et résidant dans les Etats du Darfour depuis trois mois a le droit de s’enregistrer et de voter, sous réserve que les troupes régulières et les nomades ne sont pas considérés comme répondant au critère de résidence », a dit à la presse Omer Ali Jamaa, le président de la Commission sur le référendum au Darfour.

Selon Adam Dalil, Rapporteur de la Commission, toutes les dispositions administratives, techniques et logistiques ont été prises, dans le but de faciliter le bon déroulement de ce référendum.

Un référendum pris entre deux feux

De leur côté, les groupes armés et les représentants des populations déplacées et réfugiées affectées par le conflit du Darfour ont rejeté le scrutin. Selon le journal Sudan Tribune, l’Autorité des populations déplacées et réfugiées conteste ce vote, le jugeant non-fiable tant que la guerre et les déplacements n’auront pas pris fin au Darfour. Adam Abdalla Iddris, vice-président de l’Autorité des personnes déplacées et réfugiées : « Les déplacés ont organisé des marches pacifiques dans les camps de déplacés dans les cinq Etats du Darfour et remis des protocoles à cet égard à la Mission de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour. » M. Iddris a continué, affirmant que « la manœuvre adoptée par les gouvernements signataires du traité de paix de Doha n’est qu’une tentative d’appliquer un programme qui ne représente pas les priorités des déplacés. »

Nous refusons qu'aucune urne de vote entre dans les camps de déplacés.

Sur un ton ferme, le vice-président de l’Autorité des personnes déplacées a déclaré ceci : « Nous refusons qu’une urne de vote entre dans les camps de déplacés. Nous avons demandé aux cheikhs des camps d’informer les déplacés sur les risques que représente ce référendum et de ne pas y participer. »

Le scrutin s’organise au moment même où des affrontements font rage entre l’armée soudanaise et le Mouvement de libération du Soudan (SLM) aux environs de Jebel Marra (centre du Darfour).

D’après le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) basé à Khartoum, « plus de 44.000 villageois fuyant la région troublée de Jebel Marra dans le centre du Darfour, continuent de fuir les combats entre les forces du gouvernement soudanais et le Mouvement de libération du Soudan faction d’Adbul-Wahid Mohamed Nur (SLM-AW). »

Voir plus