Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : le procès de Saadi Kadhafi ajourné au 13 mars

Libye : le procès de Saadi Kadhafi ajourné au 13 mars

Libye

La demande d’ajournement du procès aurait été présentée par la défense, pour “mieux préparer la plaidoirie”.

Un tribunal de Tripoli a ajourné dimanche le procès de Saadi Kadhafi, au 13 mars 2016, a annoncé le ministère de la Justice du gouvernement non reconnu internationalement. 

“La deuxième chambre d’accusation de la Cour d’appel de Tripoli (…) a reporté l’examen de l’affaire (…) au 13 mars prochain”, a indiqué un communiqué sur le site officiel du ministère de la Justice du gouvernement installé à Tripoli. Selon le texte, Saadi Kadhafi était présent à la séance de dimanche matin et c’est “l‘équipe de sa défense qui a demandé le report pour mieux préparer la plaidoirie”.  

Saadi Khadafi, âgé de 42 ans, est jugé pour son implication présumée dans la répression meurtrière de la révolte ayant mis fin au régime de son père en 2011 et pour le meurtre en 2005 d’un ancien entraîneur du club de football Al-Ittihad de Tripoli. Parmi les chefs d’accusation dirigés contre lui, le ministère a cité des délits et crimes relatifs à “la séquestration, l’atteinte à l’honneur (viol), le préjudice grave, l’abus de pouvoir et le financement de groupes armés dans le but d‘étouffer la révolution (du 17) février”. Le troisième fils du président déchu est également accusé d’avoir “importé des mercenaires, identifié et ciblé les villes opposées à l’Ancien Régime, mettant à mal la sécurité et la stabilité du pays”, selon le communiqué.

La prison où il est détenu est contrôlée par Fajr Libya, une coalition de milices dont certaines islamistes, qui a pris le contrôle de Tripoli en août 2014 et y a instauré un gouvernement et un Parlement qui ne sont pas reconnus par la communauté internationale.

En août, une vidéo avait circulé sur les réseaux sociaux montrant Saadi Kadhafi subissant de mauvais traitements de la part de ses geôliers et l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW) avait demandé l’ouverture d’une enquête.

Voir plus