Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RCA : des Casques bleus sont encore accusés d'abus sexuels

RCA : des Casques bleus sont encore accusés d'abus sexuels

République Centrafricaine

Encore des cas d’abus sexuels qui sont à déplorer en RCA, avec toujours pour auteurs des soldats de la Minusca, la mission de l’ONU dans ce pays.

Encore de nouveaux scandales d’abus sexuels qui concernent les Casques bleus de la Minusca, la Mission des Nations Unies en Centrafrique. La Minusca a identifié sept nouveaux cas présumés d’abus sexuels de la part de ses soldats (les Casques bleus). Cinq de ces cas concernent des affaires de viols sur des filles mineures. Ces scandales supplémentaires ternissent décidément l’image de la Minusca, contrainte de retirer les troupes incriminées.

Ces cas d’abus sexuels sont répertoriés à Bambari, une ville du centre de la Centrafrique, selon un communiqué reçu par l’AFP à Libreville, la capitale gabonaise. Le communiqué poursuit, indiquant que ces cas ont été signalés le 21 janvier “par une équipe de chercheurs de Human Rights Watch (…) afin que des soins médicaux et psycho-sociaux soient prodigués aux victimes et afin que la Mission endosse toute sa responsabilité pour ces présumés crimes.”

Informée de cette affaire plutôt embarrassante, la Minusca a envoyé sur place (à Bambari) un expert du Bureau des services de contrôle interne des Nations Unies (BSCI). “L‘évaluation initiale du BSCI a fourni des preuves suffisantes qui confirment que cinq des victimes étaient mineures (…). Une adulte a été victime d’exploitation sexuelle. Le bureau n’a pas pu interroger la septième victime présumée, qui serait également mineure.”, toujours selon le même communiqué.

L'exploitation et l'abus sexuel constituent une atteinte grave aux règles des Nations Unies et une violation des droits de l'Homme.

Les soldats incriminés sont originaires des deux Congo (RDC et Congo Brazzaville). Le communiqué précise encore que “leurs gouvernements respectifs ont été informés de ces allégations et ont été invités à mener des enquêtes. “L’ONU a décidé du “rapatriement des 120 soldats congolais déployés à Bambari du 17 septembre au 14 décembre 2015”. Ce rapatriement des soldats du Congo-Brazzaville ne sera cependant effectif qu’“après la conclusion de l’enquête”, précise le communiqué. En attendant que cela soit fait, ces soldats resteront dans leurs casernes.

Du côté des soldats de la RDC, l’ONU a déjà décidé début janvier de retirer les quelque 800 soldats et policiers du contingent de Casques bleus. Pour les Nations Unies, ces Casques bleus “ne répondent que partiellement aux exigences de l’ONU en matière d‘équipement, de contrôle du recrutement et de niveau de préparation au combat.”

Ce jeudi, le Représentant spécial du Secrétaire général en Centrafrique, et chef de la Minusca, Parfait Onanga-Anyanga, était à Bambari. “L’exploitation et l’abus sexuel constituent une atteinte grave aux règles des Nations Unies et une violation des droits de l’Homme ; un double crime qui affecte les femmes et les enfants vulnérables que vous êtes ici pour protéger.”, a-t-il dit aux soldats onusiens.

Sur 69 cas d’abus sexuels présumés recensés en 2015 dernier par l’ONU au sein de ses missions de paix dans le monde, 22 cas concernaient la Minusca.

Cette Mission compte actuellement environ 10.000 hommes. Elle aide notamment le gouvernement de transition centrafricain à préparer et sécuriser une série d‘élections. Celles-ci sont censées sortir ce pays (l’un des plus pauvres au monde) de trois ans de violences intercommunautaires qui ont débuté depuis la chute de François Bozizé en 2013.

Voir plus