Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Un journaliste italien décrie les mauvaises conditions de vie de jeunes migrants en Europe

Un journaliste italien décrie les mauvaises conditions de vie de jeunes migrants en Europe

Italie

10.000 migrants mineurs non accompagnés se retrouvent à travers l’Europe selon Europol. Ces derniers sont vulnérables, livrés à l’esclavage ou à l’exploitation sexuelle selon l’auteur d’un livre sur ce sujet, le journaliste italien Luca Attanasio.

Luca Attanasio choisit l‘écriture pour décrier le phénomène auquel sont confrontés les mineurs migrants non accompagnés. Le livre du journaliste italien s’appuie sur les chiffres publiés par Europol ainsi que sur le quotidien de ces enfants.

Au départ accompagnés d’un adulte ou d’une connaissance, on assiste ces derniers temps à une véritable explosion du phénomène des migrants mineurs seuls. L’Enquête sur les flux migratoires vers l’Europe – un sujet sur lequel Luca a longtemps travaillé – confirme cette tendance.

Ces migrants mineurs non accompagnés se retrouvent confrontés à plusieurs dangers avant d’atteindre leur but : “pour les dizaines de milliers de personnes qui lâchent leur pays, l’unique moyen, le seul tour operator vers qui ils peuvent se tourner, ce sont les trafiquants, les mafias transnationales qui gèrent ces flux planétaires. Les familles qui montent le projet d’envoyer l’un des leurs en Europe, même en réunissant tout leur argent, ne parviennent jamais [à satisfaire les trafiquants] car ce sont des sommes qui ne peuvent être amassées qu’au terme de plusieurs vies. Donc elles s’endettent, sont réduites à l’esclavage, elles et leurs enfants, pour longtemps”, a-t-il déclaré.

Le drame est d’autant plus grand quand il s’agit d’enfants mineurs. Ils sont obligés d’entrer en contact avec la mafia, de leur confier leur voyage et d’assister voire subir des scènes d’extrême violence. Ils sont torturés, frappés, réduits à l’esclavage durant le temps du voyage, mais aussi bien longtemps après.

Les quelque 10.000 migrants mineurs déclarés par Europol comme disparus ont pour la plupart déja été interceptés ou repérés dès leur départ par la mafia, qui n’a aucun intérêt à ce qu’il soient identifiés par les autorités. Leurs réseaux (trafiquants) sont très organisés. Malheureusement pour ces enfants, ils finissent très souvent par devenir dealers ou sont contraints à se prostituer dans des conditions inimaginables.

Voir plus