Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Le nord du Nigeria dans l'attente du plan de relance de son industrie

Le nord du Nigeria dans l'attente du plan de relance de son industrie

Nigéria

Le Président nigérian Muhammadu Buhari veut faire revivre l’ancienne plaque tournante du commerce de Kano et mettre fin à la dépendance du pays de l’exploitation pétrolière dans le sud.

Le gouvernement nigérian devrait bientôt annoncer des plans concrets pour développer le nord du pays, touché par la crise économique, le conflit contre Boko Haram, les pénuries d‘électricité, la corruption et la forte concurrence des produits importés de Chine.

Le Président Muhammadu Buhari, originaire de cette région, veut faire revivre cet ancien pôle industriel et mettre fin à la dépendance du pays aux revenus pétroliers, en raison de la chute des prix du brut.

La banque centrale nigériane mettra près de 300 milliards de nairas à la disposition des opérateurs des industries du textile et du cuir. Objectif à terme, stimuler le secteur non-pétrolier à un taux d’intérêt maximum de 9 %. Les produits de l’industrie nigériane du cuir, très convoités en Europe, servent à la confection des sacs et des chaussures par les créateurs de mode.

Lawan Sule Garo, chef du conseil de gestion de l’industrie du cuir à Kano relève quelques difficultés des opérateurs économiques de la région :
“Nos difficultés sont surtout liées aux politiques gouvernementales. Par exemple, les subventions qu’ils donnent à tous les exportateurs ont été suspendues et cela est à l’origine de nombreux problèmes. Nous essayons de voir comment les résoudre, car cela affecte notre capacité d’emploi et notre production. A l’ origine, ces subventions avaient été mises en place pour développer nos exportations”, explique-t-il.

L’armée a progressivement repris la plupart du territoire du nord des mains des islamistes de Boko Boko Haram, ce qui a permis une réouverture des routes commerciales reliant le Nigeria à ses voisins du Tchad, du Niger et du Cameroun.

Pour beaucoup d’analystes, le déclin de Kano est un symbole de l‘échec des autorités qui, depuis des décennies, n’ont pas diversifié l‘économie du pays. Elle devait pourtant soutenir les industries du cuir et du textile, autrefois en plein essor. Conséquence, le nord musulman du pays s’est appauvri. Une situation qui a favorisé les recrutements de jeunes désoeuvrés par la secte islamistes Boko Haram.

Voir plus