Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : collecte de l'herbe alfa

Tunisie : collecte de l'herbe alfa

Tunisie

Une famille pauvre de Tunisie se tourne vers la collecte de l’herbe alfa près des montagnes de Chaabi à Kasserine afin de gagner sa vie.

Cinq ans après la révolution qui a déclenché le printemps arabe, le pays a du mal à lutter contre le malaise économique.

Anis Djebar, un Tunisien de 35 ans n’arrivant pas à trouver un travail et sa femme Basmah doivent explorer d’autres pistes pour vivre. “Je ramasse l’herbe alfa parce que je n’ai pas d’autre emploi, je suis allé à la mairie, je suis allé partout, mais je n’ai trouvé aucune aide. Je ramasse l’herbe alfa que nous vendons 100 kg pour 10 ou 12 dinars tunisiens (4.90 EUR, 5.90 USD). Ma femme et moi ramassons 200 kg pour pouvoir, manger et payer la maison que nous louons, les factures d’eau et d‘électricité. Nous n’avons plus rien à faire à Kasserine. Je me suis assis devant la mairie pendant une semaine, ma femme travaillait ici pendant que je protestais, nous voulons juste qu’ils nous donnent du travail”, déclare Anis. “ Je fais cela parce que je n’ai pas d’argent pour dîner, je vis dans de très mauvaises conditions, voilà pourquoi je reprends alfa herbe. Je leur (gouvernement) demande de m’aider et me donner un emploi afin que je puisse acheter de la nourriture et améliorer ma situation. Je ne dois rien, ils devraient au moins me donner un emploi, n’importe quel emploi”, a ajouté Basmah.

Pour le moment Anis se contente de la collecte de l’herbe alfa pour subvenir à ses besoins et soigner son frère malade. Dans le futur, il aimerait bien trouver un vrai travail. “Ce que je demande, c’est un emploi pour sauver ma famille. J’ai un jeune frère qui est malade et qui a besoin d’argent. Et si je ne travaille pas, il ne vivra pas. Je dois trouver du travail pour répondre aux besoins de ma famille et mon jeune frère qui est malade, parfois, ils lui prescrivent des ordonnances pour acheter des médicaments, mais je les jette parce que je ne peux pas les acheter “, a-t-il déclaré

Je dois trouver du travail pour répondre aux besoins de ma famille et mon jeune frère qui est malade.

Il y a peu, la ville de Kasserine a été le théâtre de troubles en raison de la situation économique difficile qui sévit en Tunisie. Des jeunes hommes mécontents ont menacé de mettre fin à leur vie, faisant référence à l’auto immolation de Mohamed Bouazizi en 2010, qui a suscité des protestations à l‘échelle nationale qui ont conduit à la chute du régime de Zine El-Abidine Ben Ali.

Voir plus