Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Au moins 85 morts dans l'attentat de Boko Haram près de Maiduguri

Au moins 85 morts dans l'attentat de Boko Haram près de Maiduguri

Nigéria

Ce nouveau bilan fait suite à un précédent qui faisait état d’une cinquantaine de morts dans l’attaque de samedi à Dalori.

Selon un nouveau bilan annoncé lundi, au moins 85 personnes ont été tuées dans l’attentat qui a frappé samedi Dalori, localité proche de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. L’annonce des officiels nigérians vient ainsi annuler le précédent bilan qui faisait état d’une cinquantaine de morts.

En fin de journée samedi, des militants présumés du groupe islamiste Boko Haram ont attaqué Dalori, à une dizaine de kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno. Ils ont ensuite tiré sur la population avant de mettre le feu au village.

“Au total, 65 corps ont été déposés à l’Hôpital spécialisé, dix autres ont été déposés à l’hôpital universitaire de Maiduguri et 10 autres ont été enterrés hier (dimanche) dans le cimetière communautaire de Dalori”, a annoncé le Dr Haruna Mshelia, commissaire à la santé pour l’Etat de Borno.

Bulama Malum, un témoin qui a trouvé refuge à Maiduguri après l’attaque, a cependant déclaré avoir vu à Dalori au moins 20 corps tellement brûlés qu’ils ne sont pas identifiables.

Dalori se trouve à proximité des camps de déplacés ayant dû fuir face à l’insurrection de Boko Haram, qui a rallié l’organisation Etat islamique (EI).

Maiduguri, qui compte environ 2,6 millions d’habitants, dont 1,6 million de déplacés selon l’ONU, a été frappée par de nombreux attentats ces derniers mois.

Boko Haram est apparu dans cette ville en 2002, avant de déclencher en 2009 une insurrection qui a fait plus de 17.000 morts au Nigeria et 2,6 millions de déplacés. Les insurgés islamistes ont tenté de reprendre Maiduguri à plusieurs reprises après en avoir été chassés il y a trois ans.
Selon un décompte de l’AFP, plus de 1.700 personnes ont été tuées par Boko Haram depuis l’entrée en fonction du président Muhammadu Buhari il y a huit mois.

Le Nigeria et ses voisins ont décidé en 2015 de la création d’une force militaire conjointe pour lutter contre les djihadistes de Boko Haram. Baptisée Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF), son quartier général est installé à N’Djamena, la capitale tchadienne. Cette force comprendra à terme 8 700 hommes répartis sur trois secteurs.

Voir plus