Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les droits humains et le Burundi au centre du Sommet de l'UA

Les droits humains et le Burundi au centre du Sommet de l'UA

Ethiopie

Les droits humains au centre du 26e Sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine. A l’ouverture samedi, la présidente de la Commision de l’UA Nkosazana Dlamini-Zuma a exhorté les dirigeants du continent à placer la question au cœur de leurs politiques.

C’est ce dimanche que prend fin la 26e session du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, qui se tient depuis samedi à Addis-Abeba, en Ethiopie. Ce sommet s’est ouvert dans un contexte marqué par la montée de l’extrémisme et une situation de plus en plus dégradante des droits humains sur le continent. Cette question était d’ailleurs au cœur des préoccupations des dirigeants africains, en témoigne le thème de cette rencontre : « 2016, année des Droits de l’Homme en accordant une primauté aux droits des femmes ». A l’ouverture, la présidente de l’UA a appelé les chefs d’Etat à tout mettre en œuvre pour placer les droits humains au centre de leurs préoccupations. « Nous devons continuer à mettre nos peuples et leurs droits humains fondamentaux au centre de l’Agenda 2063. Cela inclut les droits à l‘éducation, à l’alimentation, à la nutrition, à la santé, à l’eau potable, à l’assainissement, à l’emploi », a déclaré Nkosazana Dlamini-Zuma.

Autre question qui préoccupe l’Union africaine, la situation au Burundi, qui sème la discorde entre les dirigeants du continent. Alors que l’organisation avait annoncé le déploiement d’une mission de prévention et de protection (Maprobu) de 5 000 hommes dans le pays, même sans le consentement des autorités burundaises, plusieurs chefs d’Etat ont manifesté leur désaccord lors d’une réunion du Conseil de paix et de sécurité. Ce qui n’a pas empêché le Secrétaire général de l’ONU de saluer les efforts de l’UA tout en promettant de lui apporter son soutien. « Je vous félicite pour votre proposition de déployer des observateurs des droits humains et de déployer une mission de prévention et de protection. Cette crise nécessite l’engagement le plus sérieux et le plus urgent. Je vous félicite pour la prise de responsabilité collective (…) Les Nations Unies sont prêtes à soutenir vos efforts », a souligné Ban Ki-moon, à l’ouverture de la session. Le patron de l’ONU a également regretté l‘échec des dirigeants sud-soudanais à former un gouvernement de transition.

Voir plus