Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Afrique du sud : des prières contre la sécheresse

Afrique du sud : des prières contre la sécheresse

Afrique du Sud

Des fermiers sud-africains unis dans la prière à Bloemfontein. Ils implorent Dieu pour la fin de la sécheresse sans précédant qui frappe cinq des neuf provinces du pays.

Conduits par un prêcheur religieux charismatique, ils demandent à dieu de faire tomber la pluie sur leurs terres afin que leurs activités agro-pastorales reprennent.

“C’est très important pour moi d’essayer de vivre près de notre seigneur Jesus, c’est lui qui peut nous donner la pluie physique et la pluie spirituelle”, soupire Angus Buchan, agriculteur prêcheur.

"C'est très important pour moi d'essayer de vivre près de notre seigneur Jesus, c'est lui qui peut nous donner la pluie physique et la pluie spirituelle"

Le phénomène el Nino qui touche l’Afrique australe fait monter les températures. Les pluies se font rare depuis trois ans. Malgré les aides du gouvernement, l’agriculture et l‘élevage continuent de sombrer.

Nous n’avons jamais vraiment réussi à sortir de la sécheresse depuis trois ans, pour nous la sécheresse a un impact énorme, car on est là avec notre gibier exotique à prix exorbitants, qu’on doit nourrir tous les jours. Il n’y avait pas assez de nourriture dans les champs, on a dû acheter de la lucerne et beaucoup de nourriture, de 16 à 20 tonnes par jour… Vous pouvez faire le calcul, ça a un impact énorme”, déclare Jaco Troskie, agriculteur prêcheur

Subissant de pleins fouets cette sécheresse, les fermiers ont demandé une intervention financière et un rééchelonnement de leur dette devant une saison qui s’annonce négative, a rapporté le site Menara. Cette demande arrive à un moment délicat pour le gouvernement, qui a plié mi-octobre face aux contestations étudiantes, en annulant l’augmentation de 10,6 % des frais de scolarité.

Cet épisode de sécheresse, qui dure depuis 3 ans, a particulièrement affecté l’agriculture, et notamment les récoltes de maïs, les plus faibles « depuis 2007 », selon le ministère, qui va en importer 600 000 tonnes de maïs pour faire face à la demande et honorer ses engagements à l’étranger.

Voir plus