Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

L'athlétisme kényan résiste face aux scandales de dopage

L'athlétisme kényan résiste face aux scandales de dopage

Kenya

A Iten, terre d’origine des plus grands champions kényans, sur les hauts plateaux de l’Ouest du Kenya, à 2 400 mètres d’altitude, la préparation bat son plein pour la saison à venir. Et les récents scandales de dopage ne déconcentrent pas les coureurs.

Les athlètes kényans gardent le moral haut, et ce malgré les nombreux scandales qui depuis 2012, ternissent l’image de l’athlétisme dans ce pays.

Chaque matin, bien avant l’aube, des centaines d’athlètes kényans s’entraînent sur les pistes d’Iten, à quelques mois des Jeux olympiques de Rio 2016. Cette localité située dans la Vallée du Rift, à 350 km au nord-ouest de Nairobi abrite un Centre d’entraînement en haute altitude (HATC), créé il y a 15 ans par la marathonienne kényane et ex-championne du monde de cross-country Lornah Kiplagat. L’infrastructure compte 36 chambres, une salle de musculation et une piscine.

Pour Abel Kirui, double champion du monde du marathon en 2009 et 2011, remporter des médailles sans se doper est avant tout une question d’honneur. “Moi, je m’entraîne deux à trois fois par semaine, je cours sans être dopé.”

A quelques kilomètres de là, s’entraîne David Rudisha, celui qu’on surnomme “la fierté de l’Afrique”. Détenteur du record mondial sur 800 mètres, ce Maasaï de 27 ans revient tous les ans à Iten pour s’entraîner avec la jeune génération. Il s’inquiète aujourd’hui des dérives liées au dopage. “Ce genre de chose tue le sport, nous le décourageons fortement. Nous disons à tous les sportifs, même aux futurs sportifs, qu’il y a un temps pour tout. Si vous avez du talent, pourquoi douter de vous ? Si vous vous entraînez dur, vous avez le meilleur entraîneur, vous vous entraînez dans les meilleurs endroits, vous y arriverez”, insiste-t-il.

David Rudisha s’entraîne depuis son plus jeune âge avec Frère Colm O’Connell. En 40 ans, ce missionnaire irlandais a formé certains des plus grands champions mondiaux. Il a été le témoin privilégié de l‘évolution de l’athlétisme au Kenya. “Ce fut un moment décisif lorsque le sport est devenu professionnel, lorsque les gens ont compris qu’il était possible d’en vivre, de gagner de l’argent, d’aider sa famille et la communauté du village, et d’avoir une vie meilleure” déclare Frère Colm O’Connell.

Le nombre d’athlètes a augmenté de manière significative en 30 ans, et la compétition aussi. Un terreau fertile où les mauvaises pratiques se sont développées, menant à la suspension en décembre 2015 de plusieurs hauts dirigeants de l’athlétisme kényan par la Fédération Internationale d’Athlétisme((IAAF), parmi lesquels l’ex-président de la fédération kényane Isaiah Kiplagat. Par ailleurs, une trentaine de sportifs a déjà été suspendue.

Voir plus