Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Accord de l'opposition en cas de 2nd tour à la présidentielle au Niger

Accord de l'opposition en cas de 2nd tour à la présidentielle au Niger

Niger

Quatre candidats à l‘élection du 21 février ont signé mercredi à Niamey, un accord prévoyant d’appeler au vote de celui qui serait le mieux placé en cas de second tour.

C’est dans le cadre de la COPA, « Coalition pour l’alternance 2016 » dont l’objectif est d’empêcher à tout prix une victoire du président sortant Mahamadou Issoufou qui brigue un nouveau mandat.

Parmi les signataires, Seini Oumarou, du Mnsd (Mouvement national pour la société de développement), l’ex-président Mahamane Ousmane, Amadou Boubacar Cissé de l’Udr (l’Union pour la démocratie et la république) et l’ex-président du parlement Hama Amadou, actuellement en prison et représenté par le président par intérim de son parti, le Moden FA Lumana.

Selon Ousseïni Salatou, porte-parole de l’opposition, il s’agira notamment à travers cette plateforme de “rendre publique, individuellement ou collectivement, une déclaration solennelle de soutien à tout candidat du Parti politique membre de la Coalition, qualifié pour le second tour”.

Par ailleurs, les leaders politiques concernés “doivent travailler d’un commun accord pour assurer la victoire dudit candidat à travers la conduite d’une campagne électorale commune et véritablement solidaire”, poursuit-il.

Amadou Boubacar Cissé, opposant et candidat à la présidentielle: “Il n’y a jamais eu au Niger et n’aura pas en 2016 un passage au premier tour, c’est pourquoi, au-delà des démocrates nigériens, nous en appelons à la vigilance de la communauté internationale qui ne doit plus continuer à fermer les yeux et à demeurer complice des actes illégaux que pose Issoufou.”

Près de 7,5 millions d‘électeurs devront choisir entre 15 candidats lors du scrutin présidentiel qui sera couplé à des législatives.

En 2011, les candidats Oumarou, Amadou, Ousmane et Cissé avaient déjà noué un pacte similaire. Mais il avait été rompu par Hama Amadou, arrivé troisième au premier tour, et qui avait alors décidé de soutenir Mahamadou Issoufou crédité de 36,16%. Ce soutien avait été déterminant dans la victoire finale de l’actuel président nigérien.

Voir plus