Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : vers une réduction des Casques bleus de l'ONU

Côte d'Ivoire : vers une réduction des Casques bleus de l'ONU

Côte d'Ivoire

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a décidé mercredi de réduire le nombre de Casques bleus en Côte d’Ivoire, au vu des “progrès considérables” de la stabilité dans ce pays ouest-africain déchiré il y a cinq ans par une guerre civile.

Après réflexion, le Conseil des 15 nations a approuvé à l’unanimité une résolution qui appelle à diminuer le nombre de soldats de la paix de 4.000 à partir de fin de mars.

La décision du Conseil arrive à la suite de la victoire du président Alassane Dramane Ouattara lors de la dernière présidentielle du 25 octobre dernier, pour un second mandat. A ce propos, le Conseil “se félicite du succès de l‘élection présidentielle du 25 octobre 2015, qui marque une étape décisive dans la consolidation de la paix et de la stabilité à long terme en Côte d’Ivoire”. Il constate que le pays a fait des “progrès considérables sur la voie de la réconciliation, de la stabilité et de la sécurité”. Mais il souligne que “la situation en Côte d’Ivoire continue de menacer la paix et la sécurité internationales dans la région” et il maintient un régime de sanctions imposées au pays, notamment un embargo sur les armes, malgré les demandes répétées du président ivoirien Alassane Ouattara.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est invité à présenter avant fin mars un rapport et des recommandations sur la poursuite de ces réductions d’effectifs et l’avenir de la mission. Le gouvernement ivoirien lui, souhaite que les Casques bleus se retirent totalement fin 2017 ou début 2018.

Assouplissement de l’embargo sur les armes

L’embargo sur les armes est imposé depuis 2004, mais a été assoupli en 2012 pour permettre aux forces de sécurité du pays de s’entraîner. Un embargo sur les diamants ivoiriens datant de 2005 a été levé en 2014.

La représentante de l’ONU Aichatou Mindaoudou a reconnu « une sécurité stable », tout en rappelant le problème que constitue le grand banditisme et les attaques terroristes.

La Côte d’Ivoire sort d’une crise politique ayant fait des milliers de morts et blessés à la suite de la présidentielle de 2010. Aujourd’hui, le président Ouattara est salué grâce aux efforts considérables observés dans la relance de l‘économie provenant de la production du cacao qui aura d’ailleurs augmenté de 9 % au cours des quatre dernières années.

Des groupes de défense des droits de l’homme accusent cependant son gouvernement d’adopter une politique de justice des vainqueurs. Une politique selon ces derniers, qui vise à poursuivre les alliés du président Gbagbo pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les partisans de Ouattara (ayant commis les mêmes actes) sont quant à eux hors de portée de la justice, toujours selon les défenseurs des droits humains.

Voir plus