Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burkina Faso / Attaques : sécurité renforcée autour des hôtels en Afrique de l'Ouest

Burkina Faso / Attaques : sécurité renforcée autour des hôtels en Afrique de l'Ouest

Attentat

Près d’une semaine après les attaques contre le Splendid Hôtel et le café-restaurant Cappuccino à Ouagadougou au Burkina Faso, les structures hôtelières ouest-africaines ont renforcé leurs dispositifs de sécurité afin de prévenir d‘éventuels actes terroristes.

Cette nouvelle donne sécuritaire se traduit par une présence renforcée des forces de l’ordre devant les hôtels et par une coopération accrue avec les autorités face aux menaces supposées. Des clients sont soumis à des fouilles corporelles systématiques. Les voitures sont aussi inspectées.

Au Sofitel Hôtel Ivoire à Abidjan par exemple, des policiers en uniforme patrouillent dans les jardins. Rien n’est laissé au hasard. Des chiens sont mis à contribution pendant les patrouilles. Pas étonnant dans la mesure où cet hôtel abrite souvent des conférences internationales et est fréquenté par des personnes de diverses nationalités.

Même son de cloche au Radisson Blu de Dakar où des caméras de surveillance supplémentaires ont été installées. Les effectifs des agents de sécurité ont été augmentés. « Bien sûr, il y a toujours un risque, mais je peux vous assurer que nous avons mis en place toutes les précautions pour contrôler le bâtiment de la manière la plus professionnelle », affirme Jorgen Jorgensen, le directeur général de l’hôtel.

Si vous frappez la capitale, vous êtes vu comme une grande force. La menace est donc réelle pour d'autres villes comme Dakar et Abidjan.

De Dakar à Lomé en passant par Abidjan et Bamako, il faut dorénavant montrer patte blanche pour accéder à ces édifices. Le jeu en vaut la chandelle. Les terroristes ciblent de plus en plus ces lieux du fait de leur forte clientèle expatriée. “Si vous frappez la capitale, vous êtes vus comme une grande force. La menace est donc réelle pour d’autres villes comme Dakar et Abidjan”, souligne Cynthia Ohayon, analyste à International Crisis Group.