Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : le procès Dasuki se déroule sans l'accusé

Nigeria : le procès Dasuki se déroule sans l'accusé

Nigéria

L’ex-conseiller à la sécurité nationale de l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, Sambo Dasuki, ne s’est pas présenté au tribunal ce mercredi. Il devait comparaître pour détention illégale d’armes. La raison de son absence ? “Sérieuses violations de ses droits fondamentaux” selon son avocat.

“L’accusé devait se présenter au tribunal, mais l’Etat interfère avec sa liberté pour des raisons qui nous sont inconnues. Il est censé être en liberté sous caution, mais depuis quelque temps maintenant, nous n’avons pas de ses nouvelles. Nous pensons donc qu’il y a de sérieuses violations de ses droits fondamentaux et nous pensons que le gouvernement fédéral ne peut pas violer les ordres du tribunal, les droits fondamentaux de l’accusé, mais tout de même vouloir procéder au jugement”, précise Joseph Daudu, avocat de Dasuki .

Pourtant, une récente sortie médiatique du président nigérian avait laissé entendre qu’il était parfois nécessaire de défier des décisions de justice. Goodluck Jonhatan justifiait le maintien en détention de l’ancien conseiller national à la sécurité. Un tribunal avait pourtant prévu un régime de liberté provisoire pour Sambo Dasuki, soupçonné d’avoir détourné plus de deux millions d’euros prévus pour des achats d’armes. Les accusations d’abus de pouvoir proférées à l’encontre du ministère public trouvent justification aux face à l’avocat du gouvernement fédéral :

“Je pense que c’est une idée fausse. Premièrement, le gouvernement fédéral a respecté chaque ordre dans ce dossier. La confusion est liée au fait qu’ils mélangent et embrouillent les faits différents reprochés à l’accusé dans d’autres affaires. C’est la principale confusion et c’est pour cela que j’ai dit au tribunal que je suis venu pour cette affaire et que dans cette affaire, le gouvernement fédéral a respecté tous les ordres.”, a déclaré Oladipo Okpeseyi.

Tout comme lui, une cinquantaine de personnalités sont accusées de détournement de fonds publics. La période concernée correspond au second mandat (2003-2007) d’Olusegun Obasanjo, premier président élu démocratiquement après plusieurs années de dictature militaire au Nigeria.

Liste des accusés

Le ministre de l’information a fait état d’un détournement total de près de 1.340 milliards de nairas (6,15 milliards d’euros) entre 2006 et 2013 : “La situation est dramatique et l’heure est à l’action”, a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à Abuja. Lai Mohammed a publié la liste des personnes accusées de détournements.

Quinze anciens gouverneurs d‘État ont volé 146 milliard de nairas.
Cinq anciens législateurs, 8 milliards.
Onze hommes d’affaires, 653 milliards.
Huit responsables du secteur bancaire, 524 milliards.
Douze anciens fonctionnaires ont volé plus d’un milliard de nairas.
Quatre anciens ministres ont dérobé sept milliards de nairas.

Voir plus