Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Une affiche appelle à la démission de Zuma au Cap

Une affiche appelle à la démission de Zuma au Cap

Afrique du Sud

La grogne contre Jacob Zuma a connu un nouvel épisode ce vendredi.

Les habitants de la ville du Cap, dirigée par l’opposition, ont découvert un panneau géant fixé sur la façade d’un immeuble et réclamant le départ du président sud-africain. L’affiche sur fond blanc où il est écrit en lettres capitales noires “Zuma Must Fall” (Zuma doit partir) occupe six étages d’un bâtiment de la capitale parlementaire, stratégiquement situé à un carrefour du centre-ville.

Le panneau érigé au-dessus d’un restaurant McDonald’s, une enseigne contrôlée par le numéro deux du pays,
déchiré dans la nuit de vendredi au samedi. Il pourrait être embarrassant pour le vice-président Cyril Ramaphosa, possible successeur de Jacob Zuma.

Le slogan fait référence à deux campagnes menées avec succès l’an dernier en Afrique du Sud : le mouvement estudiantin national pour le gel des frais universitaires, “Fees Must Fall” (Les frais doivent diminuer), et la campagne “Rhodes Must Fall” lancée par les étudiants de l’Université du Cap pour déboulonner la statue du colonisateur britannique Cecil John Rhodes.

Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), qui a demandé à plusieurs reprises la destitution du chef de l’Etat, a démenti être responsable de l’affiche placardée vendredi. La municipalité du Cap, contrôlée par la DA, a d’ailleurs annoncé avoir engagé des poursuites judiciaires contre les auteurs de cette enseigne qui restent inconnus pour l’instant.

“L’immense panneau d’affichage qui a été érigé par une entité privée sur une propriété privée dans le centre-ville ne respecte par la législation de la municipalité du Cap sur la publicité”, ont estimé les autorités municipales. “La municipalité n’a pas reçu d’autorisation pour placarder cette affiche”, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Embarrassant

Les appels au départ du président Zuma, au pouvoir depuis 2009, ne sont pas nouveaux. Mi-décembre, quelques milliers de personnes avaient manifesté dans plusieurs villes du pays pour demander sa démission. Mais ces critiques se sont faites plus virulentes ces dernières semaines, après le limogeage par Jacob Zuma de deux de ses ministres des Finances, en l’espace de quatre jours. Une décision qui a plongé l‘économie sud-africaine dans la tourmente.

Voir plus