Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : discours d'Essebsi pour l'anniversaire de la révolution

Tunisie : discours d'Essebsi pour l'anniversaire de la révolution

Tunisie

Des milliers de Tunisiens ont marqué jeudi avec fierté le cinquième anniversaire de la chute du régime de Zine El-Abidine Ben Ali. Le président actuel Béji Caïd Essebsi a prononcé un discours dans lequel il a affirmé son attachement aux libertés avec l’annonce de la formation d’une commission d’experts chargés de revoir les textes législatifs.

Le 14 janvier 2011, après un mois de manifestations réprimées dans le sang, l’homme qui tenait la Tunisie d’une main de fer depuis 23 ans prenait la fuite vers l’Arabie Saoudite à la surprise générale. Ce départ avait provoqué une onde de choc dans le monde arabe.

Le matin même, des manifestants avaient bravé la peur pour crier “Dégage !” au dictateur sur l’avenue Bourguiba, non loin du redouté ministère de l’Intérieur à Tunis. C’est cette avenue symbolique qu’une foule aux revendications diverses a arpentée jeudi dans une ambiance très festive, en groupes séparés. En famille ou entre amis, beaucoup ont agité des drapeaux tunisiens sous l’œil des nombreux policiers déployés, le pays étant devenu une cible de choix pour les jihadistes.

Un peu de démocratie

“A moi personnellement, la révolution n’a rien apporté : les prix ont augmenté, beaucoup de jeunes restent marginalisés. Mais je suis quand même descendue en signe de célébration parce que la révolution a amené un peu de démocratie et c’est important”, a déclaré Latifa, une couturière de 40 ans.

“Nous vivons une expérience démocratique qui en est à ses débuts. Nous sommes en train d’apprendre”, s’est félicitée Samia, une habitante de Tunis.

Plusieurs formations politiques comme le Front populaire, une coalition de gauche, et les islamistes radicaux de Hizb ut Tahrir ont manifesté. Le parti islamiste Ennahda a organisé un concert. Des diplômés chômeurs ont saisi l’occasion pour réclamer des emplois, alors que des blessés de la révolution et des proches de victimes ont scandé “Fidèles au sang des martyrs”.

La situation reste morose

Cet anniversaire est célébré dans un contexte ou le chômage, la pauvreté et l’exclusion sociale restent prégnants. Ces maux avaient largement motivé la révolution déclenchée par l’immolation d’un vendeur ambulant, Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid (centre-ouest).

“Nous reconnaissons la réalité des difficultés économiques et sociales rendues plus aiguës par les (attentats) terroristes. Nous sommes en droit d‘être fiers de notre révolution quels que soient les défis auxquels nous faisons face”, a déclaré dans un discours transmis depuis son bureau le président Béji Caïd Essebsi.
Il a ajouté être confiant que “2016 sera l’année de l’audace dans la réforme et la vitesse d’exécution, de l’espoir et du travail malgré l’ampleur des difficultés”.

Depuis 2011, le pays a été plusieurs fois frappé par de sanglants attentats jihadistes et vit aujourd’hui dans l‘état d’urgence. Des dizaines de policiers, de militaires et de touristes étrangers ont été tués ces dernières années. Dans un communiqué, Amnesty International s’est inquiété du retour d’une “répression brutale”, dans le cadre de la lutte antiterroriste. L’ONG a dénoncé l’existence de décès suspects en garde à vue et l’absence de réformes profondes.

M. Caïd Essebsi a réaffirmé son attachement aux libertés, annonçant par ailleurs la formation d’“une commission d’experts chargés de revoir les textes législatifs et à leur tête le Code pénal, pour qu’ils correspondent à l’esprit libéral de la nouvelle Constitution”. Le pays fait figure de rescapé face à la tourmente dans laquelle sont plongés les autres pays du Printemps arabe, comme la Syrie déchirée par la guerre et la Libye en plein chaos.

La Tunisie a organisé en 2011 et 2014 des élections libres unanimement saluées comme transparentes, adopté une nouvelle Constitution et reçu le Prix Nobel de la paix 2015 par le biais d’un quartette ayant organisé un dialogue entre partis politiques à couteaux tirés à l‘époque.

Voir plus