Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Des clés pour comprendre le dernier remaniement d'Alassane Ouattara

Des clés pour comprendre le dernier remaniement d'Alassane Ouattara

Côte d'Ivoire

Pas de changement majeur dans le cinquième gouvernement du Premier ministre Daniel Kablan Duncan. Le président Alassane Ouattara a choisi de garder la même architecture gouvernementale à l’entame de son second mandat.

Sur les 36 personnalités qui forment le cabinet dirigé par Daniel Kablan Duncan, neuf sont nouvellement promues dont quatre femmes.

Comme grands chamboulements, Sansan Kambile ancien magistrat jusque-là secrétaire général du gouvernement remplace le ministre de la Justice Gnénéma Coulibaly. Autre remplacement majeur, le départ de Charles Diby Koffi. Anciennement aux Affaires étrangères, il cède sa place à Abdallah Toikeusse Mabri, déjà au gouvernement. Ce dernier est issu de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), le parti de feu le général Robert Gueï. Pour certains analystes, le départ de ces deux personnalités du gouvernement serait dû à la mauvaise gestion du mandat d’amener d’une juge française contre Guillaume Soro.

Dans ce gouvernement le président Alassane Ouattara avait d’ores et déjà exclu l’idée d’un gouvernement d’ouverture. Avec 36 membres contre 31 auparavant, le nombre de femmes est passé de cinq à neuf. Un quart des ministres sont des dames. La migration de l‘économiste Kaba Nialé au ministère du Plan et Développement est une promotion pour celle qui occupait jusque-là un poste de délégué auprès du ministre de l’Economie.

La mise en application du programme de développement pour la période 2016 à 2020 afin d’atteindre l‘émergence reste l’un des objectifs de ce gouvernement. “Pour effacer la déception que les Ivoiriens ont eue avec la reconduction de ce gouvernement, il faudrait une redistribution rapide des fruits de la croissance”, a déclaré Baudelaire Mieu, journaliste.

La volonté de reconquête de la base de l’opposition peut se lire dans l’attribution de certains postes à quelques personnalités des régions de l’Ouest, Sud et Est, réputées proches de l’ancien président Laurent Gbagbo. A l’image de Louis-André Dacoury-Tabley député de la région de Gagnoa ( l’ouest ) nommé ministre des Eaux et Forêts, Alain Richard Donwahi (Sud-est) ministre auprès du ministre de la Défense.

La réduction du taux du chômage et l’accélération du processus de réconciliation seront aussi des grands défis pour ce gouvernement.

Voir plus