Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tentative de coup d'Etat au Niger : 13 personnes bientôt devant un procureur militaire

Tentative de coup d'Etat au Niger : 13 personnes bientôt devant un procureur militaire

Niger

Le gouvernement nigérien a publié mercredi, une liste des premières personnes inculpées dans le cadre de la tentative présumée de coup d’Etat en décembre. Des officiers pour la plupart.

« A ce jour, les enquêteurs ont situé la responsabilité de 13 personnes dont 10 militaires des FAN (les Forces Armées nigériennes, NDLR), 2 gardes nationaux du Niger et un civil. Les officiers dont les responsabilités sont établies seront très bientôt présentés au commissaire du gouvernement pour leurs poursuites judiciaires d’autant plus qu’ils doivent comparaître devant un tribunal militaire. » , a déclaré Mahamadou Karidjo, le ministre nigérien de la Défense. Les enquêtes se poursuivent par ailleurs pour 13 autres personnes parmi lesquelles, 10 civils et 3 douaniers en garde à vue à la gendarmerie toujours en rapport avec ce putsch manqué présumé, a précisé le ministre Mahamadou Karidjo.

Au Niger, le pouvoir a annoncé en décembre avoir déjoué un coup d’Etat. « L’objectif de ces individus était de renverser le pouvoir démocratiquement élu », avait déclaré le président Mahamadou Issoufou. Selon le pouvoir, les auteurs présumés de cette tentative déjouée devaient passer à l’acte le 18 décembre 2015, lors du retour à Niamey du président Mahamadou Issoufou après les festivités du 57ème anniversaire de la république.

Pour réaliser leur complot, les putschistes présumés devaient notamment « utiliser la puissance de feu des moyens aériens qu’ils ont bloqués délibérément depuis plusieurs semaines à Niamey alors que je les pressais de les envoyer à Diffa sur le front de la lutte contre Boko Haram.», expliquait le président du Niger.

A ce jour, les enquêteurs ont situé la responsabilité de 13 personnes dont 10 militaires des FAN (les Forces Armées nigériennes, NDLR), 2 gardes nationaux du Niger et un civil.

Devant cette énième annonce de putsch déjoué, l’opposition affichait son scepticisme. Pour Ousseini Salatou, le porte-parole du Front pour la République en effet, « chaque fois que le régime est en difficulté, une situation rocambolesque apparaît pour détourner l’attention des Nigériens, pour cacher véritablement le vrai problème ».

Voir plus