Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : l'Union européenne presse l'application du plan de paix

Libye : l'Union européenne presse l'application du plan de paix

Libye

L’Union européenne a appelé vendredi les Libyens à accélérer l’application du plan de sortie de crise signé le 17 décembre au Maroc, sous l‘égide de l’Organisation des Nations-Unies.

Pour les Européens, la mise en route de cet accord permettra de sortir le pays du chaos dans lequel il est plongé depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Deux gouvernements, celui de Tripoli et de Tobrouk (reconnu par la communauté internationale) se disputent la gestion du pays. 

l’Union européenne est notamment préoccupée par l’avancée du groupe Etat islamique et les attentats dans le pays. « La meilleure réponse au terrorisme et surtout à Daech, nous en sommes tous d’accord, serait une réponse libyenne encouragée par la communauté internationale et l’Union européenne dans le cadre de ce que le gouvernement d’unité libyen demandera. », a déclaré Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne.

La meilleure réponse au terrorisme et surtout à Daech, nous en sommes tous d'accord, serait une réponse libyenne...

L’accord signé à Skhirat prévoit en effet, la mise en place d’un gouvernement unifié. Basé à Tripoli, la capitale libyenne, il sera dirigé par l’homme d’affaires Fayez el -Sarraj. Cette équipe sera composée de 17 ministres dont deux femmes.

Accord déjà contesté

L’initiative ne passe cependant pas comme une lettre à la poste. Et pour cause, elle est contestée par certains acteurs politiques du pays.

Fait inédit, les présidents des deux parlements rivaux s‘étaient mis d’accord, pour une fois, sur un point : le rejet de cet accord avant même sa signature. « Ceux qui signeraient l’accord à Skhirat ne le feraient qu‘à titre individuel », avait prévenu Nouri Abou Sahmein, président de l’assemblée basée à Tripoli et Aqila Salah, président du parlement exilé à Tobrouk dans l’est du pays.

Ces deux hommes jettent leur dévolu sur une « déclaration de principes » interlibyen relative à un gouvernement d’union, signée début décembre à Tunis par des membres des deux parlements. Or l’accord de Skhirat, bénéficie cependant du soutien de l’Organisation des Nation-Unies. Le Conseil de sécurité s’est d’ailleurs prononcé dans ce sens à travers un vote le 23 décembre.

Même son de cloche du côté de l’Union européenne.

Les Européens proposent du reste une aide financière à la Libye dès la mise en place du gouvernement d’union nationale. Une sorte de prime à la réconciliation. Federica Mogheri a déclaré que l’Union européenne a « préparé un plan de soutien pour la Libye à hauteur de 100 millions d’euros, immédiatement disponibles dès l’entrée en fonction de ce gouvernement d’unité ».
L’Europe pourrait également apporter son aide sur le plan sécuritaire. Celle-ci s’articulerait autour de la formation et du conseil.

Voir plus