Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

En Chine, un hôpital est détruit avec des gens à l'intérieur

En Chine, un hôpital est détruit avec des gens à l'intérieur

Chine

La destruction d’un hôpital fait couler beaucoup d’encre et de salive en Chine. Pendant la démolition de l‘édifice, il y avait des personnes à l’intérieur.

La scène s’est passée à Zhengzhou, capitale provinciale du Henan (centre du pays). Selon un reportage de CCTV (une chaîne de télévision publique), une vingtaine d’individus habillés de treillis militaires ont mené jeudi la destruction d’une partie de l’Hôpital numéro 4 de l’Université de Zhengzhou.

Jusque-là, rien de vraiment inhabituel. Sauf qu‘à l’intérieur du bâtiment, il y avait encore des personnes. Liu Chunguang, directeur du service radiologie témoigne : “J‘étais en train de faire fonctionner une machine. Le bruit (de la démolition) était terrifiant. Mon patient, assis à côté, a hurlé en disant que c‘était un séisme, et s’est enfui en courant, terrorisé.”

J'étais en train de faire fonctionner une machine. Le bruit (de la démolition) était terrifiant. Mon patient, assis à côté, a hurlé en disant que c'était un séisme, et s'est enfui en courant, terrorisé.

Même la morgue de l’hôpital n’a pas échappé à la furie de la pelleteuse. Les gravats y ont enseveli six cadavres. Une information qui suscite la colère des internautes, qui ont regardé les images sur les réseaux sociaux. Et l’un d’eux de d‘écrire: “la méchanceté est sans limite.”, sur le réseau social Sina Weibo.

Toujours selon CCTV, trois employés de l’hôpital ont été blessés après une altercation avec les individus (les démolisseurs) et des équipements médicaux ont été endommagés. Dont un appareil estimé à plus de 4 millions yuans (560.000 euros). La chaîne de télévision affirme que les seuls endroits de l’hôpital à avoir subi la charge de la pelleteuse sont le service radiologie et la morgue.

Les autorités du district de Huiji, où est situé l‘établissement, ont déclaré samedi à l’AFP qu’une enquête était en cours, mais qu’aucun résultat ne serait annoncé avant lundi. L’identité des démolisseurs reste pour l’instant inconnue.

Voir plus