Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

L'Afrique va connaître une croissance en 2016

L'Afrique va connaître une croissance en 2016

Banque mondiale

Selon les conclusions de l‘édition de janvier 2016 des perspectives économiques mondiales publiées par la Banque mondiale, l’activité économique devrait connaître une légère croissance.

La croissance mondiale devrait atteindre 2,9 %, contre 2,4 % en 2015. Ce rapport de la Banque mondiale atteste que les répercussions de la faiblesse des économies émergentes entraveront la croissance des pays en développement et compromettront les progrès accomplis pour sortir les populations de la pauvreté.

Toutefois, les prévisions tablent sur une croissance à 4.2% pour l’Afrique Subasharienne et 5.1% pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Afrique subsaharienne

La croissance de la région devrait s’accélérer pour passer de 3,4 % en 2015 à 4,2 % en 2016 grâce à la stabilisation des prix des produits de base.

L’activité économique variera d’un pays subsaharien à un autre, la faible croissance de la consommation dans les pays exportateurs de pétrole du fait de la hausse du coût du carburant et le ralentissement de l’inflation dans les pays importateurs de pétrole contribueront à doper les dépenses de consommation.

La croissance du Nigéria devrait s‘établir à 4,6 , contre 3,3 l’an dernier et celle de l’Afrique du Sud progressera pour atteindre 1,4 %, contre 1,3 % l’année dernière.

Moyen-Orient et Afrique du Nord

La croissance devrait plafonner à 5,1 % en 2016, contre 2,5 % l’année dernière, la suspension ou la suppression prévue des sanctions économiques à l’encontre de la République islamique d’Iran devrait permettre à ce pays de jouer un rôle plus important sur les marchés mondiaux de l‘énergie.

L’activité devrait également se renforcer dans d’autres pays exportateurs de pétrole, surtout dans l’hypothèse d’une stabilisation des prix du pétrole.

En 2016, la croissance devrait ralentir davantage en Chine et la récession persister en Russie et au Brésil.
En revanche, la conjoncture devrait être favorable en Asie du Sud, principalement sous l’impulsion de l‘économie indienne.