Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Génocide rwandais : prison à vie pour un ancien pasteur

Génocide rwandais : prison à vie pour un ancien pasteur

Rwanda

L’ancien pasteur pentecôtiste rwandais, Jean Uwikindi a été reconnu coupable du massacre de dizaines de refugiés tutsis pendant le génocide, et condamné à la prison à perpétuité par un tribunal rwandais.

La perpétuité, c’est la peine prononcée mercredi par un tribunal rwandais contre le pasteur pentecôtiste Jean Uwinkindi, accusé de « génocide » et de « crime contre l’humanité ». Il a, en effet, été reconnu coupable d’avoir ordonné des attaques meurtrières contre des Tutsis, y compris ses propres fidèles, qui avaient trouvé refuge dans sa paroisse lors du génocide de 1994.

« Le tribunal décide qu’Uwinkindi est coupable de meurtres équivalents au crime de génocide, et d’extermination équivalente au crime contre l’humanité, et doit donc être puni d’une peine de prison à vie », a déclaré le juge Timothee Kanyegeri au moment de rendre son verdict, écrit le quotidien New Times.

Selon l’accusation, entre 100 et 150 Rwandais d’ethnie tutsi avaient cherché refuge dans l‘église d’Uwinkindi, située à Kayenzi (Est), à une vingtaine de kilomètres de la capitale Kigali. Agé de 64 ans, Jean Uwikindi avait été arrêté en 2010 en Ouganda. D’abord envoyé au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), qui siégeait à Arusha, en Tanzanie, il a ensuite été transféré en avril 2012 vers le Rwanda. Le pasteur a toujours réfuté les accusations contre lui.

« Je n’ai pas commis les crimes mentionnés par l’accusation, en revanche je suis une victime du génocide », avait-il notamment dit lors de l’ouverture de son procès en mai 2014. Il a d’ailleurs plaidé non coupable et a annoncé son intention de faire appel de sa condamnation à la prison à vie.

Le TPIR ferme ses portes

Jean Uwikindi est le premier accusé du TPIR remis à la justice rwandaise. Cette condamnation intervient la veille de la fermeture des travaux du TPIR, prévue ce 31 décembre. Mais les poursuites continuent pour autant. En dix ans, le tribunal a inculpé 93 personnes dont 61 condamnées et 14 acquittées. 8 des 93 inculpés sont toujours en fuite.

Déclenché en avril 1994 par des extrémistes hutus, le génocide qui avait duré trois mois avait causé la mort de 800.000 morts, essentiellement au sein de la minorité tutsie et les Hutus modérés, selon l’ONU.

Voir plus