Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burundi : le président menace de lutter contre les casques bleus africains

Burundi : le président menace de lutter contre les casques bleus africains

Burundi

Pierre Nkurunziza se montre hostile et menace de combattre tout déploiement des forces de maintien de la paix.

Le président burundais menace de combattre toute tentative d’implication de l’Union africaine dans la résolution de la crise actuelle dans son pays. « Tout le monde doit respecter les frontières du Burundi », a déclaré Pierre Nkurunziza dans un commentaire diffusé sur la radio d’Etat. Commentaire qui fait suite à la volonté de l’Union africaine d’envoyer 5.000 casques bleus en renfort pour sécuriser le pays et protéger les civils pris dans des mois entiers de violences. Une proposition rejetée par le pouvoir de Bujumbura.

Pierre Nkurunziza s’appuie sur la constitution du pays selon laquelle : « les troupes étrangères ne peuvent intervenir que si les parties en conflit le demandent, ou s’il n’ y a pas de gouvernement légitime en place; toute violation de ces principes serait considérée comme une attaque contre le pays et tous les burundais », a-t-il dit dans sa première réponse à l’UA. Pourtant, une clause de la charte de l’Organisation lui permet d’intervenir dans un Etat membre, en raison des circonstances graves qui incluent des crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Vaines tentatives de médiation

Des démarches diplomatiques engagées par l’ONU, l’Union aficaine, l’Union auropéenne et la Communauté est-africaine visant à mettre fin à la guerre civile dans le pays sont restées lettre morte. De même que la réunion de paix tenue en Ouganda voisin et achevée sans accords.

A titre de rappel, le pays traverse une nouvelle crise à la suite de l’annonce fin avril d’un troisième mandat en faveur de Pierre Nkurunziza. Une crise qui a fait selon des ONG, plus de 400 morts et au moins 220.000 déplacés. Ce qui aura d’ailleurs amené “l’ONU “à déclarer que le pays n’est pas loin de la guerre civile. Une déclaration corroborée par une récente mission d’enquête de l’UA qui fait état «d’exécutions arbitraires, de torture… et de fermetures de certaines organisations de la société civile et de médias».

Voir plus