Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'excision désormais passible de prison en Gambie

L'excision désormais passible de prison en Gambie

Gambie

La Gambie durcit sa loi contre l’excision. Un mois après une déclaration du président Yaya Jammeh, le Parlement a adopté, lundi, une loi réprimant cette pratique désormais passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu‘à trois ans

.

L’Etat gambien continue sa croisade contre l’excision. Lundi, l’Assemblée nationale a voté, à une large majorité, une nouvelle loi réprimant pénalement cette pratique très courante dans le pays. Elle est désormais passible de peine de prison. Les contrevenants encourent en effet jusqu‘à trois ans de prison ferme et pourraient payer jusqu‘à 1300 dollars d’amende. Le nouveau texte « va faire respecter les droits des femmes et des filles pour leur éviter des pratiques nuisibles à leur santé et leur bien-être », a déclaré la vice-présidente gambienne, Isatou Njie Saidy, lors de la séance au Parlement.

Cette loi est une grande première dans ce petit pays d’Afrique de l’ouest où aucun texte spécifique sur l’excision n’existait jusqu‘à ce vote. L’adoption du texte intervient un mois après une déclaration du président Yaya Jammeh prohibant cette pratique très répandue dans le pays. Le chef de l’Etat gambien avait décrété fin novembre l’interdiction de l’excision, avec effet immédiat, soulignant que cette pratique n‘était pas dictée par l’islam et devait par conséquent être abolie.

Le nouveau texte va faire respecter les droits des femmes et des filles pour leur éviter des pratiques nuisibles à leur santé et leur bien-être

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la Gambie est l’un des dix pays, tous africains, où l’excision est le plus pratiquée. Elle touche environ trois quarts de la population féminine.

Voir plus