Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Premier ministre irakien optimiste sur la défaite de l'EI en 2016

Le Premier ministre irakien optimiste sur la défaite de l'EI en 2016

Irak

Haïder al-Abadi, le Premier ministre s’est exprimé ce lundi, 28 décembre sur les antennes de la télévision d’Etat alors qu’il annonçait la reprise par les troupes irakiennes de la ville de Ramadi.

Les autorités irakiennes se sentent les ailes pousser après la prise de Ramadi dans le centre du pays aux combattants de l’Etat islamique le 27 décembre dernier. Le Premier ministre Haïder al-Abadi s’est exprimé après que les hommes de l’armée ont enregistré leur premier succès d’envergure contre les insurgés de l’Organisation islamiste. “2016 sera l’année de la victoire totale. La présence de Daesh en Irak ne sera plus alors qu’un souvenir”. L’homme d’Etat a exprimé la détermination des autorités à redoubler d’efforts pour venir à bout de la nébuleuse qui a pris possession d’un tiers du territoire irakien courant 2014. “Nous allons libérer Mossul et ce sera le coup fatal et final porté à Daesh”, a-t-il ajouté en référence à la grande ville du nord du pays tombée elle aussi entre les mains des Djihadistes en 2014.

Le porte-parole de la coalition internationale menée par les Etats-Unis en soutien aux forces irakiennes, le Colonel Steve Warren, a quant à lui indiqué que la coalition a exécuté plus de 630 frappes aériennes dans la région. A cette aide, il faudrait ajouter l’encadrement des troupes locales en termes de formation, de conseil et d‘équipements. “L’engagement du centre de commandement est une réalisation importante et c’est le résultat de plusieurs mois de travail acharné” a-t-il ajouté.

2016 sera l'année de la victoire totale. La présence de Daesh en Irak ne sera plus alors qu'un souvenir

La prise de Ramadi aux mains des Islamistes est d’une manière collatérale le premier vrai succès politique du chef du gouvernement irakien arrivé aux affaires en septembre 2014. Il avait promis de travailler au rapprochement des différentes communautés qui s’affrontent dans le pays et dont les oppositions ont fait le jeu de l’Etat islamique. La politique d’Haïder al-Abadi consiste dans ses grandes lignes, à réduire l’influence des partis politiques à caractère sectaire à travers de lentes et difficiles réformes de l’espace politique. Une ambition qui ne manque pas de provoquer de violentes résistances de la part des anciens responsables politiques irakiens.

Voir plus