Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Justin Welby compare Daech à « l'Hérode d'aujourd'hui »

Justin Welby compare Daech à « l'Hérode d'aujourd'hui »

Royaume-Uni

Dans son sermon de Noël, le chef spirituel de l‘église anglicane a dénoncé les exactions du groupe État islamique le comparant au “ roi Hérode “ ; tandis que le pape François et le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, ont aussi jeté un regard sur quelques faits marquants de l’actualité dans leurs différentes homélies.

« L’EI est l’Hérode d’aujourd’hui » et « menace d‘éradiquer les chrétiens » a-t-il souligné. Selon la tradition chrétienne, ce roi a ordonné le massacre des innocents au moment de la naissance de Jésus.

Lors de son homélie de Noël, Justin Welby a poursuivi en évoquant une “ fausse Apocalypse” des djihadistes de Daech qui ‘‘usant de force et d’une cruauté indescriptible, semblent accueillir favorablement toute opposition persuadée que la guerre ainsi déclenchée confirme qu’on arrive en effet à la fin des temps’‘.

L’archevêque de Cantorbéry a aussi déclaré que : « tous ceux qui sont ou ont été déshumanisés par la tyrannie et la cruauté d’un Hérode ou d’un État islamique », auront droit au jugement de Dieu qui arrive comme une bonne nouvelle.

Autre message, celui du pape François. Comme chaque Noël , le souverrain pontife s’est adressé depuis le palais apostolique aux fidèles catholiques. Il en a profité pour condamner ce qu’il qualifie “d’atroces actions terroristes sous les cieux d’Egypte, Beyrouth, Paris, Bamako et Tunis ”. François a apporté son soutien ‘‘aux nombreux chrétiens persécutés dans le monde à cause de leur foi’‘.

Méditant sur l’actualité internationale, le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal a pour sa part déploré une absence de miséricorde : « Nous avons perdu notre humanité et nos valeurs spirituelles, la religion est devenue un motif pour tuer au nom de Dieu, au lieu d’inviter à la fraternité ».

Il a appelé les États à ouvrir davantage leurs frontières aux exilés. « Quand la miséricorde devient une composante de l’action publique, elle sera alors capable de transférer le monde de la sphère des intérêts égoïstes à celle des valeurs humaines », a-t-il dit en présence du président de l’État de Palestine, Mahmoud Abbas, et son premier ministre Rami al Hamdallah, qui participaient à la cérémonie au premier rang.

Voir plus