Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le vieux «Lahou», une ville historique menacée de disparition

Le vieux «Lahou», une ville historique menacée de disparition

Côte d'Ivoire

Il y a quelques années, le vieux «Lahou» était l’une des attractions touristiques de la Côte d’Ivoire. Mais aujourd’hui, cette ville, située à une centaine de kilomètres d’Abidjan, subit de plein fouet les changements climatiques.<.b>

Un terrain de foot sablonneux, les rues, le grand phare lumineux qui faisait la fierté du village, c’est le cœur lourd qu’Alain Dégny se rappelle de son enfance dans le vieux «Lahou». Une splendeur perdue à jamais. « Je suis écœuré (…) L‘école primaire que j’ai fréquentée est sous les eaux… J’ai mal, c’est toute mon enfance qui été emportée », se lamente-t-il. L’amertume de cet ingénieur de 45 ans est la même chez tous les habitants du vieux «Lahou», fortement amoché par la furie de l’océan.

Des anciennes bâtisses coloniales, il n’en reste plus que des ruines. Un spectacle désolant pour les habitants de cette ville, située à une centaine de kilomètres d’Abidjan, qui a vu leurs maisons «mangées» par la montée des eaux et l‘érosion. « Il y a 40 ans en arrière, cette eau que vous voyez là n’existait pas. C‘était des habitations et avec le temps, ce phénomène dont on a parlé, la mer est venue tout ravager en sorte qu’il ne reste pratiquement plus rien de l’ancienne ville.», explique Alain Degny.

« Aidez-nous ! ... S'ils ne font pas quelque chose, plus de 20.000 habitants, nous ne savons pas où aller »

Comme ce jeune pêcheur, la plupart des habitants du vieux «Lahou» s’inquiètent de la situation qui ne cesse d’empirer. Alors que beaucoup d’entre eux ont été contraints d’abandonner leurs maisons, ceux qui sont restés ne savent plus quoi faire. « Aidez-nous ! , s‘écrie Albert Atcho, désemparé… S’ils ne font pas quelque chose, plus de 20.000 habitants, nous ne savons pas où aller ». Selon les experts, la montée des eaux met en péril la vie des 20.000 habitants de cette région de pêcheurs du littoral ivoirien, riche en ressources naturelles et dotée d’un énorme potentiel agricole et halieutique, mais qui doit aussi faire face à la raréfaction du poisson.

L’appel à l’aide des habitants

« Il faut qu’on stabilise la zone, désensablé l’embouchure, enrocher, stabiliser tout le littoral et désensabler également la lagune », demande Jean Djaha, maire de la ville du Grand-Lahou. « Cet investissement qui va coûter quelques milliards, son retour sur investissement, il est attendu à court et à moyen terme. Pourquoi ? Parce que non seulement, on résout le problème d’environnement à travers l‘érosion côtière, mais on résout en même temps le problème de sécurité alimentaire, de création d’emplois.», poursuit-il.

Le vieux «Lahou» est un ancien comptoir où débarquèrent des missionnaires blancs en 1920 pour évangéliser l’ouest ivoirien. Les dizaines de vieilles maisons coloniales héritées de cette époque ont longtemps constitué des attractions touristiques. Mais aujourd’hui, il ne reste que des pans du mur de l’ancien hôpital sur lequel viennent s’écraser des vagues… Le sauvetage de ce vestige colonial est désormais le combat quotidien des habitants de cette région, décidé à faire face à la montée des eaux.

Voir plus