Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Egypte : les femmes encouragées à faire entendre leur voix

Egypte : les femmes encouragées à faire entendre leur voix

Egypte

La violence basée sur le genre est un problème de santé public et une violation des droits de l’homme qui coûte cher au système de santé égyptien selon les Nations unies.

L’Organisation des Nations unies consacrée à l‘égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes (ONU Femmes) a lancé une campagne choc, afin de mettre un terme à la violence domestique en Egypte. Baptisée Mateskotoosh ou Elever la voix , cette intiative se décline par une série d’affiches comme celle du Pont du 6 octobre . On peut y voir le visage d’une femme en bonne santé pendant la journée. Ce même visage est transfiguré sitôt la nuit tombée : les traits affinés de tout à l’heure ont laissé place à de graves contusions.

Des messages ont également été diffusés à la télévision pour mettre à l’index deux violations graves des droits humains que doivent supporter les femmes au quotidien : la violence domestique et le harcèlement sexuel.

La diffusion des spots à télévision n’a pas été facile. Il a fallu contourner la réglementation en jouant avec les technologies de projection de l’image confie Marwan Younis, le directeur de l’agence qui a mené la campagne. « La loi égyptienne interdit de montrer des messages violents ou des scènes de harcèlement à la télévision, explique-t-il. Il est illégal de montrer ce qui se passe vraiment à cause du sang, de la violence et des actions sexuelles. Donc nous avons constaté que l’interaction avec un modèle de projection est un moyen approprié de montrer la réalité d’une manière artistique. »

Selon les résultats d’une enquête démographique, les femmes les plus exposées aux violences sexuelles du fait de leur conjoint se situent dans la tranche des 30-39 ans en Egypte. Mais très peu d’entre elles prennent l’initiative d’en parler. Et ce, alors même que les épisodes de violence se multiplient.

La violence basée sur le genre provoque de nombreux problèmes qui pèsent sur les budgets des systèmes de santé, limitent la croissance et la productivité des femmes. Elle a des conséquences sur la capacité des gouvernements à atteindre leurs objectifs en matière de santé et d’autonomisation des femmes.

Un tiers des femmes sont physiquement maltraitées par leur mari et la plupart des victimes souffrent en silence et ne demandent pas d’aide pour sortir de la spirale de la violence. De nombreuses femmes pensent encore que recevoir des coups fait partie intégrante de la vie, soutient ONU Femmes. Le poids des traditions contribue également à faire peser la violence domestique sur les femmes. En Egypte, les femmes qui divorcent sont stigmatisées par la société. Elles s’exposent deux fois plus aux violences de la part de leur entourage.

Voir plus